Transfert de conifères

Autrefois en janvier, dans les jardins on se reposait car le sol était gelé et parfois recouvert de neige. Aujourd’hui, au cœur de l’hiver calendaire, on s’affère à transplanter des conifères.

Actuellement à la télé, de nombreux reportages fleurissent à propos de dame nature qui revêt ses couleurs de printemps. Je suis une nouvelle fois très intrigué par notre environnement plus vert qu’au cœur de l’été lorsque la végétation grillait, brunissait sous l’effet de la canicule et de la sécheresse. En ce mois de janvier, il serait préférable d’avoir du blanc partout pour calmer une poussée de sève. Une sève brute montante qui continue à puiser par les racines et circuler par les vaisseaux vers les bourgeons et parfois les feuilles. C’est le cas des rosiers qui l’élaborent pour la renvoyer vers les racines. Bref les plantes ne se reposent pas cet hiver (pour l’instant).

Que faire en janvier ?
Ce matin, avant de rédiger les conseils pour les semaines à venir, je me suis posé la question. Que dire en ce mois de janvier sous notre climat quasi méditerranéen (non tropical). Faut-il tailler les oliviers, pommiers, rosiers, clématites, lauriers roses etc. ? J’opterais pour laisser le sécateur au râtelier et attendre le mois de mars pour se mettre en mémoire le bon dicton de plus en plus réel: « Taille tôt, taille tard, rien ne vaut la taille de mar (s) ». Or comme il fait doux et pluvieux puisque nous sommes face au râtelier aux outils de jardin, c’est le bon moment de sortir la bêche, non pas pour retourner ou labourer le potager mais pour réaliser des plantations et transplantations, c’est-à-dire arracher des conifères, des arbres mal placés, trop serrés qui mériteraient de reprendre de l’aisance.

Les conifères qui valent le transfert ?
Il est presqu’impossible de déménager un conifère planté depuis plus 5 ans sauf s’il s’agit d’un arbre nain à pousse lente ou d’un spécimen poussif qui ne se plait pas dans son sol. Les grands conifères faciles à transplanter ont été plantés avec une motte grillagée. Ce sont des beaux modèles proposés chez les pépiniéristes locaux qui cultivent leurs arbres en pleine terre. Les conifères anciennement élevés en container (pot) peuvent aussi être transplantés à condition qu’ils ne soient pas trop âgés avec un fort développement.

Comment faire le transfert ?
1) Creusez une tranchée à 40 cm du tronc et autant en profondeur pour un conifère qui ne dépasse pas 2 mètres de hauteur. Plus grand, l’ouverture de la fosse doit-être au-delà de 50 cm ce qui implique une motte de plus 100 kg exigeant du matériel adapté (mini-pelle).
2) Avec une bonne bêche, coupez le maximum de racines pivotantes sous l’axe du conifère. Prenez votre temps. N’essayez pas de déraciner l’arbre trop tôt vous risquez de briser la motte.
3) Balancez le conifère comme un culbuto pour l’extraire avec le maximum de radicelles.
4) Transplantez l’arbre avec une motte complète jusqu’à son nouveau trou de plantation en prenant soin de lui apporter une bonne terre enrichie avec du compost et du terreau. Un amarrage est indispensable pour lutter contre le vent, le pire ennemi d’une bonne reprise !
Les transplantations sont possibles jusqu’en mars.

----------------------------------------------

Nouveautés

Jardinière autonome des petites mains vertes

Semer des graines, faire pousser des fleurs, prendre soin des plantes, sont autant d’activités stimulantes qui permettent aux enfants d’observer l’évolution du vivant au rythme des saisons, de comprendre le fonctionnement et la magie de la nature et d’éveiller leur conscience de l’environnement.

Pour rendre l’initiation au jardinage ludique et accessible aux plus jeunes, MV INDUSTRIE a décliné la jardinière Calipso dans une version Mini Junior, d’une hauteur adéquate pour les enfants à partir de 3 ans.Les apprentis jardiniers peuvent manier les outils et le petit panier Kajo en plastique livrés avec la jardinière et découvrir cette activité en toute sécurité.
Ingénieuse, cette jardinière autonome Calipso Mini Junior a tout d’une grande, avec sa double paroi et sa réserve d’eau intégrée.

Serpe et serpe scie Fiskars avec taillants en crochet 
Un peu oubliée avec l’arrivée des outils thermiques, la serpe est à nouveau très utilisée, car elle reste efficace, fiable et simple à utiliser. Pourvues d’un manche ergonomique et d’une lame en acier incurvée, pour une meilleure performance de coupe, la serpe et la serpe scie sont idéales pour ébrancher, couper des broussailles, des ronces… 
Polyvalentes, les serpes présentent l’avantage d’avoir un large taillant, pour la coupe des petites branches et des broussailles, et un taillant en forme de crochet, pour envelopper et couper les végétaux. La serpe est aussi dotée d’un côté dentelé, pour une coupe de précision des herbes ornementales et autres plantes fibreuses, et la serpe scie d’un côté scie pour une coupe nette des branches dures fibreuses. 

Paillage

Pour limiter la pousse des mauvaises herbes, éviter le dessèchement de la terre et isoler le sol des variations brutales de température, le paillage est une technique simple à mettre en œuvre et qui facilite véritablement les travaux de désherbage et en réduit le temps consacré. Très prisé des jardiniers, le paillage, présent sous plusieurs formes - écorces de pin, copeaux de bois, chanvre... - offre au sol une excellente couverture décorative, écologique et économique. Disposé en couche épaisse de 5 à 10 cm aux pieds des arbres, dans les massifs de fleurs, les jardinières, le potager... il empêche la lumière du soleil de passer et limite ainsi la pousse des mauvaises herbes.
Nouvelle gamme de paillage végétal Limit’herbes. Décliné en 3 matériaux - écorces de pin, copeaux de bois et chanvre - Limit’herbes couvre tous les besoins selon la nature du sol, les plantes à protéger et l’effet recherché.

-----------------------------------

Un panier anti-rongeur

Les souris, mulots, campagnols pullulent cette année dans les jardins.  En effet, les rongeurs détestent l’humidité pour se reproduire. La sécheresse de cet été leur a permis de se reproduire à foison, ce qui explique la multiplication des renards, grands prédateurs des rongeurs (passons).  Si actuellement la nourriture est abondante, à l’approche de l’hiver, ce petit monde se nourrira de racines, graines et bulbes. Un automne pluvieux  puis froid cet hiver devrait réduire la population. Mieux vaut prévenir que guérir. 

 

  • Tapissez le fond d'une barquette avec un grillage avant de disposer les bulbes.

     

  • Recouvrez  de terre mélangée à du sable fin.

     

  • Disposez un grillage à poules par dessus.

-----------------------------------

Marcotter une clématite dans pot

  • 1- Versez un lit de billes d’argile dans un pot en zinc percé sur les côtés à 2 cm du fond. 

  •  2- Etendez une toile sur le drainage entre le drainage et le terreau semis et bouture

  •  3 - Dégagez les feuilles d’un rameau de l’année et conserver 2 paires de feuilles sur l’extrémité que vous. Incisez la tige que vous enfoncez dans le substrat

  • 4 - Couvrez la tige  avec du terreau maintenue avec des crochets. Arrosez copieusement la première fois.

Et après
Maintenez  humide la marcotte jusqu’en automne. Attendez le printemps prochain pour couper la tige qui sépare le pied mère à la marcotte

       

 

----------------------------------------------

Livres

La vie sexuelle de mon potager

Un livre érudit, inédit et audacieux pour découvrir la vie sexuelle des plantes du potager, leurs techniques et stratagèmes pour séduire, se reproduire et entraîner des pensées polissonnes chez nombre de jardiniers, à coups de formes et de moeurs évocatrices et provocantes ! Merci à elles d'avoir inventé la sexualité ! Outre ce don généreux qu'elles ont fait au vivant, connaître cette réalité physiologique liée à la reproduction nous permet aussi de mieux comprendre et surtout mieux cultiver notre potager. Nous apprendrons ainsi pourquoi il est nécessaire de freiner le besoin de reproduction des laitues, ou d'encourager l'appétit sexuel des tomates, par exemple. Un récit ponctué d'exemples, d'anecdotes, d'encadrés, de citations et de proverbes dynamisant la lecture.

De Xavier Mathias - Editions Terre Vivante

Green addiction
Justine Jeannin, créatrice du concept store végétal What the Flower, la boutique de plantes vertes la plus tendance de Paris, nous apprend à transformer notre appartement en jungle tropicale sans se ruiner, et sans échec. Justine Jeannin est aujourd'hui la référence parisienne de la plante verte. Sa boutique, qui a acquis une renommée internationale, propose les plantes d'intérieur les plus tendance du moment : des succulentes graphiques et faciles à entretenir, des tropicales à l'aspect exotique, des plantes à feuillage panaché, à tige zébrées, etc.
De Justine Jeannin - Editions Ulmer

La Permaculture au jardin mois par mois
Damien Dekarz, connu pour ses vidéos inspirantes sur Youtube (chaîne « Permaculture, agroécologie, etc. »), s’adresse à tous ceux qui rêvent d’un jardin productif en fruits et légumes favorisant la biodiversité dans son ensemble. Nous sommes en effet de plus en plus nombreux à désirer une alimentation saine et respectueuse de l’environnement. La permaculture est au cœur de cet ouvrage qui, pratique et illustré, est accessible à tous. Grâce à la classification des techniques mois par mois, vous pourrez avancer dans votre projet de potager : quel que soit le moment de l’année, des activités sont toujours possibles. L’auteur propose des méthodes pour obtenir un sol vivant tout en réalisant vos cultures, mais aussi pour créer un compost, du purin, des semences, des boutures… Vous y trouverez de nombreuses astuces pour ne plus labourer la terre et ne plus utiliser d’insecticides, fongicides, herbicides. Vous y découvrirez comment devenir autonome en vous passant de tout intrant.

De Damien Dekarz - Editions de Terran

    ----------------------------------------------

    Semer des graines d’artichauts

 

Les graines sont disponibles partout dans les jardineries ou sur les sites spécialisées dans la vente par correspondance. Dans notre région, on aura une préférence pour la variété résistante au froid le « Gros verte de Laon ».  Elles sont grosses comme un beau grain de blé,  faciles à distinguer pour les semer à l’unité.

Semer les artichauts au chaud.

1) Remplissez des godets de 7 cm avec un terreau semis
2) Enfoncez 3 graines sur 1cm de profondeur par pot.
3) Arrosez en pluie fine et placez les godets à une température de 20°C et en pleine lumière. La levée est au bout d’une  semaine
4) Repiquez les plantules 10 jours plus tard en godets de 7 cm dans le même terreau. Les jeunes artichauts sont placés sous abri  avec cette fois-ci une température légèrement plus basse pour les endurcir et le rendre plus résistant ensuite.

       

 

    ----------------------------------------------

    Fabriquer des mottes compressées

      La fabrication de mottes compressées permet de ne pas utiliser de contenant. Les plantations se font sans dépotage. Cette méthode est très économique et sans le moindre déchet.

      1. Préparez une boue avec du terreau universel et d’eau. Après le mélange, le substrat pressé a l’aspect d’une pâte à tarte dont on peut déjà réaliser des boulettes compactes.
      2.  Utilisez un presse-motte composé de 4 compartiments de 5cm de diamètre ou 5 compartiments de 3,8 cm que vous remplissez en pressant le terreau humide.
      3. Démoulez les mottes dans une caisse. Elles sont compactes et uniformes avec un avant trou au centre.
      4. Repiquez aussitôt  les jeunes plants dans les mottes très humides.
         

       

      Et après…  Attendez que les mottes se rétractent avant d’arroser.  Les plantes se développent rapidement et s’enracinent à l’intérieur de la motte. Selon les plantes,  vous les installez à la chaleur ou à la fraicheur comme si elles étaient cultivées en godet en plastique

     

 

 

----------------------------------------------

 

 

 

 

 

 

 

   
Retrouvez le courrier des lecteurs dans le magazine Rustica et les vidéos d'Hubert sur rustica.fr

 

 

 

 

 

Copyright 2011 imageVerte - hubertlejardinier.com - contact