Rotation de tomates

Dans un jardin, le respect des rotations de cultures est obligatoire pour récolter de beaux légumes sains et pas malades. Sous une serre ou sous un tunnel, le problème se pose avec les tomates qui reviennent à la même place. Que faire ?

La première année une culture de tomates sous un tunnel s'avère facile pour le peu qu'elles soient arrosées aux pieds sans mouiller le feuillage et entretenues (tailles, pincements, nourriture, bonne aération...). La deuxième année de culture, les pieds de tomates commencent à donner de petits signes de fatigue.

Le cul noir la troisième année

La troisième année de culture, les tomates sont souffreteuses, faiblissent et les fruits sont souvent atteints par le « cul noir ». Bien qu'elles soient bichonnées, engraissées, taillées, arrosées comme il faut, elles végètent sans atteindre des sommets comme la première et la deuxième année. Il n'est pas rare qu'un pied s'écroule subitement pour cause d'un pied noir.

Aïe, aïe, aïe ! Que se passe-t-il ?

Elles sont à la fois en manquement et confinement avec les maladies des saisons dernières. Petite maladie insoupçonnée la 2 et 3 ème année de culture, deviendra importante si on y prend pas garde. A force de cultiver les même plantes au même endroit, les éléments nutritifs (oligo-éléments) s'épuisent au fil des année. Et pendant ce temps là les champignons (maladies cryptogamiques) guettent le moment propice pour disséminer ses spores et propager son mycélium sous-jacent. Bref il se passe des choses en l'air et en terre.

Bouger le tunnel ou la serre

our enrayer une maladie serait le déménagement de l'abri pour cultiver les tomates dans une autre parcelle afin de respecter la « rotation de culture ». Seulement une fois installé, il est très compliqué et utopique de le réinstaller surtout si on manque de place.

La tomate en pot

Après un tableau plutôt alarmant, soyez tranquille, il est facile de cultiver une éternité au même endroit des pieds de tomates dont voici une technique facile à réaliser.

Choisissez un pot container de 4 litres minimum et percé au fond d'au moins 5 trous

Déposez une petite couche de terreau universel ou compost ou les deux en même temps. Hachez une bonne poignée d'orties fraiches. Elles très riches en vitamines, en minéraux et oligo-éléments.

Complétez le remplissage du pot container avec du terreau universel seul ou mélangé avec du compost. Surtout ne récupérez pas la terre « souillée » du tunnel ou de la serre.

Faites un avant trou du diamètre du container d'une dizaine de centimètres de profondeur.

Mouillez copieusement l'emplacement

Apportez un engrais organique tomates valeur une tasse.

Positionnez le container d'aplomb sur le sol boueux.

Plantez le pied de tomate dans le container. Puis arrosez

Tomate en pot sur le pot

Au lieu de dépoter la plante dans le container, enterrez le pied de tomate dans son pot d'origine de 12à 14 cm de diamètre (pas de dépotage) Ensuite les racines passent à travers des trous situés à la base pour rejoindre le container du dessous puis elles descendent au fur et à mesure poursuivent dans la partie la plus basse. Le pied de tomate est ainsi surélevé et moins sensible aux maladies car l'air circule dans la partie basse (pas de confinement).

Tuteur et bonne distance

Accrochez un fil pour faire grimper le pied de tomate. Cette méthode évite d’utiliser un tuteur torsadé.

Les pots sont placés de telle manière qu'une fois en plein développement les feuilles des tomates d'un pied à l'autre ne se touchent pas.



Qui jardine dîne

Le confinement me fait réagir avec des si... Et si un jour ? Et si on n'avait plus... ? Et si et si... ? Si ce si n'est plus un si mais une certitude : réapprendre à jardinier en autonomie. Si si en autarcie !!! Juste pour ne pas perdre le savoir. Non pas qu'il faille abandonner le commerce des plantes. De tout temps les horticulteurs, les maraichers, les pépiniéristes et les jardiniers fournissent les jeunes plants de fleurs et légumes aux particuliers.

Plus de chevaux plus de fumier

Autrefois, sous la chaleur d'une couche chauffée aux fumiers de chevaux, de bovins ou/et de moutons selon la proximité de la matière première (cavalerie, élevages...). N'allez tout de même demander à un maraicher de Saint-Mémmie de se ravitailler en fumier dans une garnison de Châlons-en-Champagne : il n'y plus de chevaux !

Merci aux professionnels du jardin

Aujourd'hui, les plants sont chauffées avec l'énergie que vous savez pour arriver à l'heure dans nos potagers, vergers, massifs, jardinières... Un grand merci aux professionnels à ceux qui plier en deux tirent de leurs serres les plus beaux plants appelés autrefois «  repiquages » car vendus en racines nues. Les temps changent, les repiquages évoluent en mottes ou godets pour faciliter la reprise et le bien être des plantes sans trop de contraintes. Que vous puissiez tirer de votre terre des salades, tomates, poivrons, aubergines, concombres, melons, courges, poireaux... que vous puissiez mettre au cellier des carottes, pommes de terre, navets, panais, radis noirs.... Des conserves ou mieux encore de mettre aux congélateurs les excédents du moments. En prenant soin de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier ! Que toute l'année (pour ceux qui possèdent un grand jardin) vous puissiez vivre de votre potager de quoi mettre du beurre dans les épinards. Jardiniers, jardinières que vous soyez nouveaux ou anciens ; ne baisser pas les bras, continuez de jardiner. Ça fait aussi du bien aux méninges et au porte-monnaie ! Qui jardine dîne.

Confinement, rien ne presse dans les jardins

En ce début d'avril, il n'y a encore rien de perdu dans nos jardins. Si certains légumes auraient pu être en terre que sont les oignons, échalotes, ails. Le reste peu encore attendre. Après le changement d'heure du week-end dernier, la semaine qui vient de s'écouler a remis les pendules à l'heure avec son lot de gelées matinales destructrices d'une partie des fleurs trop en avance. Il est encore trop tôt pour faire un bilan car dame nature nous réserve parfois de bonnes surprises. En ce début d'avril, il est donc encore trop tôt pour sortir le géranium sur le balcon, trop tôt pour planter des tomates (indisponibles dans les jardineries), trop tôt pour mettre les fleurs annuelles (bégonia, impatiens, oeillets d'Inde, zinnia et tout le tralala de toutes les couleurs...) à ne pas confondre avec les fleurs bisannuelles (pensées, myosotis, pâquerettes, giroflées...) qui passent l'hiver dehors par tous les temps et qui fleurissent au printemps par enchantement sans oublier les plantes et fleurs vivaces rustiques qui repartent tous les ans sur la souche.

Ces plantes pérennes méritent une fois de plus qu'on s'y attache car d'une année sur l'autre, elles réapparaissent sans semis, sans graines sans soucis. Dans cette catégorie de plantes, il ne faut pas oublier les légumes perpétuels qui eux aussi repartent du bon pied comme par exemple les artichauts, asperges, topinambours, rhubarbes... Dans cette catégorie, il y aussi les pied-mères pour récolter ses propres graines au cas où, il n'y en aurait plus ou pas ! Aujourd'hui ce n'est plus un « cas où » mais une réalité non pas que les graines et jeunes plants manquent (car ils sont toujours fabriqués) mais plus distribués.

Une pensée sincère aux horticulteurs, maraichers, pépiniéristes et à tous les professionnels du jardin qui ont dépensé de l'énergie pour nous servir les premières heures du printemps et qui aujourd'hui se posent la question : que faire de ces laitues, choux, tomates, fleurs, arbres et arbustes en attendant la fin du confinement ? Soyons rassurés, la douceur sera au rendez-vous en mai et qu'il sera important de semer, planter, repiquer dans nos potagers, jardins, massifs sans compter qu'il faudra remettre des couleurs vives dans nos jardinières après cette période noire que nous traversons. Au fond du tunnel, il y a toujours une lueur.

 

 

Livres

Réussir son potager avec la Lune 2020-2021

Grâce à Réussir son potager avec la Lune, cultivez de manière naturelle votre potager en suivant les rythmes de la Lune pour obtenir de beaux et bons légumes. Découvrez :
- Toutes les notions de base pour bien comprendre comment la Lune agit sur le sol puis les plantes.
- Un calendrier lunaire de mars 2020 à février 2021 indiquant, jour par jour, les travaux à réaliser au potager et des espaces réservés à vos notes.
- 33 plantes potagères présentées sous forme de fiches, chacune précisant les étapes du semis à la récolte et les meilleures variétés. Un calendrier de culture récapitule toutes les dates pour réaliser les bons gestes.
Retrouvez vos courbes lunaires mars 2020 à février 2021 à l'intérieur de la couverture !

De Thérèse Tredoulat - Rustica Editions

Plantes d'intérieur

Découvrez ou redécouvrez le plaisir de cultiver des plantes en intérieur avec ce guide complet pour choisir et garder vos plantes en forme.
Effet de jungle d'intérieur, décor luxuriant ou silhouette épurée : la palette de végétaux d'aujourd'hui permet toutes les fantaisies, toutes les ambiances. Avec près de 100 fiches de plantes sélectionnées pour leur look contemporain, végétalisez un intérieur qui vous correspond !

De Jean-Michel Groult Editions Ulmer

Le traité Rustica des arbres fruitiers

 Le Traité Rustica des arbres fruitiers constitue une somme complète pour réussir au mieux la culture de vos espèces fruitières. Comment planter un abricotier ? Comment tailler un poirier ou un pommier ? Comment soigner un pied de vigne atteint de mildiou ? Véritable mine d’informations pratiques, Le Traité Rustica des arbres fruitiers vous guide pas à pas, mois après mois, année après année, pour obtenir les plus beaux fruits, le plus régulièrement et le plus abondamment possible. 500 photos, 200 dessins ou schémas vous permettront de prendre connaissance en toute simplicité des techniques d’arboriculture fruitière.

De Daniel Brochard et Jean-Yves Prat - Rustica editions

----------------------------------------------

Nouveautés

Jardinière autonome des petites mains vertes

Semer des graines, faire pousser des fleurs, prendre soin des plantes, sont autant d’activités stimulantes qui permettent aux enfants d’observer l’évolution du vivant au rythme des saisons, de comprendre le fonctionnement et la magie de la nature et d’éveiller leur conscience de l’environnement.

Pour rendre l’initiation au jardinage ludique et accessible aux plus jeunes, MV INDUSTRIE a décliné la jardinière Calipso dans une version Mini Junior, d’une hauteur adéquate pour les enfants à partir de 3 ans.Les apprentis jardiniers peuvent manier les outils et le petit panier Kajo en plastique livrés avec la jardinière et découvrir cette activité en toute sécurité.
Ingénieuse, cette jardinière autonome Calipso Mini Junior a tout d’une grande, avec sa double paroi et sa réserve d’eau intégrée.

Serpe et serpe scie Fiskars avec taillants en crochet 
Un peu oubliée avec l’arrivée des outils thermiques, la serpe est à nouveau très utilisée, car elle reste efficace, fiable et simple à utiliser. Pourvues d’un manche ergonomique et d’une lame en acier incurvée, pour une meilleure performance de coupe, la serpe et la serpe scie sont idéales pour ébrancher, couper des broussailles, des ronces… 
Polyvalentes, les serpes présentent l’avantage d’avoir un large taillant, pour la coupe des petites branches et des broussailles, et un taillant en forme de crochet, pour envelopper et couper les végétaux. La serpe est aussi dotée d’un côté dentelé, pour une coupe de précision des herbes ornementales et autres plantes fibreuses, et la serpe scie d’un côté scie pour une coupe nette des branches dures fibreuses. 

Paillage

Pour limiter la pousse des mauvaises herbes, éviter le dessèchement de la terre et isoler le sol des variations brutales de température, le paillage est une technique simple à mettre en œuvre et qui facilite véritablement les travaux de désherbage et en réduit le temps consacré. Très prisé des jardiniers, le paillage, présent sous plusieurs formes - écorces de pin, copeaux de bois, chanvre... - offre au sol une excellente couverture décorative, écologique et économique. Disposé en couche épaisse de 5 à 10 cm aux pieds des arbres, dans les massifs de fleurs, les jardinières, le potager... il empêche la lumière du soleil de passer et limite ainsi la pousse des mauvaises herbes.
Nouvelle gamme de paillage végétal Limit’herbes. Décliné en 3 matériaux - écorces de pin, copeaux de bois et chanvre - Limit’herbes couvre tous les besoins selon la nature du sol, les plantes à protéger et l’effet recherché.

-----------------------------------

Un panier anti-rongeur

Les souris, mulots, campagnols pullulent cette année dans les jardins.  En effet, les rongeurs détestent l’humidité pour se reproduire. La sécheresse de cet été leur a permis de se reproduire à foison, ce qui explique la multiplication des renards, grands prédateurs des rongeurs (passons).  Si actuellement la nourriture est abondante, à l’approche de l’hiver, ce petit monde se nourrira de racines, graines et bulbes. Un automne pluvieux  puis froid cet hiver devrait réduire la population. Mieux vaut prévenir que guérir. 

 

  • Tapissez le fond d'une barquette avec un grillage avant de disposer les bulbes.

     

  • Recouvrez  de terre mélangée à du sable fin.

     

  • Disposez un grillage à poules par dessus.

-----------------------------------

Marcotter une clématite dans pot

  • 1- Versez un lit de billes d’argile dans un pot en zinc percé sur les côtés à 2 cm du fond. 

  •  2- Etendez une toile sur le drainage entre le drainage et le terreau semis et bouture

  •  3 - Dégagez les feuilles d’un rameau de l’année et conserver 2 paires de feuilles sur l’extrémité que vous. Incisez la tige que vous enfoncez dans le substrat

  • 4 - Couvrez la tige  avec du terreau maintenue avec des crochets. Arrosez copieusement la première fois.

Et après
Maintenez  humide la marcotte jusqu’en automne. Attendez le printemps prochain pour couper la tige qui sépare le pied mère à la marcotte

       

 

----------------------------------------------

Livres

La vie sexuelle de mon potager

Un livre érudit, inédit et audacieux pour découvrir la vie sexuelle des plantes du potager, leurs techniques et stratagèmes pour séduire, se reproduire et entraîner des pensées polissonnes chez nombre de jardiniers, à coups de formes et de moeurs évocatrices et provocantes ! Merci à elles d'avoir inventé la sexualité ! Outre ce don généreux qu'elles ont fait au vivant, connaître cette réalité physiologique liée à la reproduction nous permet aussi de mieux comprendre et surtout mieux cultiver notre potager. Nous apprendrons ainsi pourquoi il est nécessaire de freiner le besoin de reproduction des laitues, ou d'encourager l'appétit sexuel des tomates, par exemple. Un récit ponctué d'exemples, d'anecdotes, d'encadrés, de citations et de proverbes dynamisant la lecture.

De Xavier Mathias - Editions Terre Vivante

Green addiction
Justine Jeannin, créatrice du concept store végétal What the Flower, la boutique de plantes vertes la plus tendance de Paris, nous apprend à transformer notre appartement en jungle tropicale sans se ruiner, et sans échec. Justine Jeannin est aujourd'hui la référence parisienne de la plante verte. Sa boutique, qui a acquis une renommée internationale, propose les plantes d'intérieur les plus tendance du moment : des succulentes graphiques et faciles à entretenir, des tropicales à l'aspect exotique, des plantes à feuillage panaché, à tige zébrées, etc.
De Justine Jeannin - Editions Ulmer

La Permaculture au jardin mois par mois
Damien Dekarz, connu pour ses vidéos inspirantes sur Youtube (chaîne « Permaculture, agroécologie, etc. »), s’adresse à tous ceux qui rêvent d’un jardin productif en fruits et légumes favorisant la biodiversité dans son ensemble. Nous sommes en effet de plus en plus nombreux à désirer une alimentation saine et respectueuse de l’environnement. La permaculture est au cœur de cet ouvrage qui, pratique et illustré, est accessible à tous. Grâce à la classification des techniques mois par mois, vous pourrez avancer dans votre projet de potager : quel que soit le moment de l’année, des activités sont toujours possibles. L’auteur propose des méthodes pour obtenir un sol vivant tout en réalisant vos cultures, mais aussi pour créer un compost, du purin, des semences, des boutures… Vous y trouverez de nombreuses astuces pour ne plus labourer la terre et ne plus utiliser d’insecticides, fongicides, herbicides. Vous y découvrirez comment devenir autonome en vous passant de tout intrant.

De Damien Dekarz - Editions de Terran

    ----------------------------------------------

    Semer des graines d’artichauts

 

Les graines sont disponibles partout dans les jardineries ou sur les sites spécialisées dans la vente par correspondance. Dans notre région, on aura une préférence pour la variété résistante au froid le « Gros verte de Laon ».  Elles sont grosses comme un beau grain de blé,  faciles à distinguer pour les semer à l’unité.

Semer les artichauts au chaud.

1) Remplissez des godets de 7 cm avec un terreau semis
2) Enfoncez 3 graines sur 1cm de profondeur par pot.
3) Arrosez en pluie fine et placez les godets à une température de 20°C et en pleine lumière. La levée est au bout d’une  semaine
4) Repiquez les plantules 10 jours plus tard en godets de 7 cm dans le même terreau. Les jeunes artichauts sont placés sous abri  avec cette fois-ci une température légèrement plus basse pour les endurcir et le rendre plus résistant ensuite.

       

 

    ----------------------------------------------

    Fabriquer des mottes compressées

      La fabrication de mottes compressées permet de ne pas utiliser de contenant. Les plantations se font sans dépotage. Cette méthode est très économique et sans le moindre déchet.

      1. Préparez une boue avec du terreau universel et d’eau. Après le mélange, le substrat pressé a l’aspect d’une pâte à tarte dont on peut déjà réaliser des boulettes compactes.
      2.  Utilisez un presse-motte composé de 4 compartiments de 5cm de diamètre ou 5 compartiments de 3,8 cm que vous remplissez en pressant le terreau humide.
      3. Démoulez les mottes dans une caisse. Elles sont compactes et uniformes avec un avant trou au centre.
      4. Repiquez aussitôt  les jeunes plants dans les mottes très humides.
         

       

      Et après…  Attendez que les mottes se rétractent avant d’arroser.  Les plantes se développent rapidement et s’enracinent à l’intérieur de la motte. Selon les plantes,  vous les installez à la chaleur ou à la fraicheur comme si elles étaient cultivées en godet en plastique

     

 

 

----------------------------------------------

 

 

 

 

 

 

 

   
 
 

 

 

 

 

 

Copyright 2011 imageVerte - hubertlejardinier.com - contact