Le sumac on l'aime ou on le déteste

 

Le sumac de Virginie (Rhus typhina ou vinaigrier on l'aime un peu, beaucoup, passionnément, pas du tout... Adulé puis détesté, cet arbrisseau duveteux en hiver est très décoratif en automne. Mais...

En automne, il est beau, il est magnifique avec ses feuilles composées de nombreuses folioles. D'un vert quasi fluo au printemps, du jaune doré en fin d'été, le vinaigrier enflamme les plate-bandes en automne. L'imprévisible arbrisseau croît à une vitesse vertigineuse. Les vendeurs du Sumac se gardent d'annoncer la couleur hormis ses fruits cramoisi en forme de chandelle qui rougissent dès que les jours raccourcissent. Il est envahissant !

Le Sumac de Virginie drageonne

C'est la principale question lorsqu'on possède des sumacs, non pas comment le soigner ou le tailler ? Mais comment l'éliminer ? Il court, il court partout avec ses drageons sur racines traçantes rejettent de nouvelles pousses de plus en plus vigoureuses, de plus en plus loin. Contrairement au bambou qui sous l'effet de la tondeuse peine à progresser, le vinaigrier est mère de nouveaux nés sous-jacents.

Un sumac stressé se reproduit

Une fois implanté, c'est sans doute un travail de titan car plus vous provoquez des cicatrices à coups de bêche ou fraisé par la motobineuse plus il va émettre des drageons. Plus il est stressé par un manque d'eau ou une forte chaleur plus il se multipliera pour garantir sa descendance. L'été 2020 est propice au Sumac de Virginie !

Un sumac ça va plusieurs attention les dégâts

C'est arbuste est tellement joli qu'au lieu de l'éliminer mieux vaut le contenir. Ne laisser pas s'affranchir partir à l'aventure, il faut immédiatement le contenir pour extirper ses rejets en prenant soin de soulever la racine drageonnante sans la couper ou la déchiqueter. Essayez de gagner le pied-mère du vinaigrier. Ensuite creusez une tranchée pour le barricader sur une quarantaine de centimètres de profondeur puis glissez à la verticale une barrière anti-rhizomes spécial bambou.


La bonne affaire

Encore moins onéreux, utilisez une nappe de protection alvéolaire pour mur enterré 400g. Vendue aussi sous le nom de « Protection de soubassement « Onduline ». Elle est vendue en rouleau de 10m sur 1 m de hauteur pour moins de 30 Euros. Vous trouverez facilement cette nappe dans tous les magasins de matériaux. Intéressante aussi pour les bambous traçants et les protections des carrés de potager en bois.

La sève est toxique

Bien qu'il s'agisse d'une plante médicinale utilisée autrefois comme antimicrobien. Ses fruits du sumac de Virginie se consomme comme épice en Amérique du nord (Sud est du Canada au Québec). Les poils ont un goût de vinaigre d'où son nom vinaigrier. Mais attention, sa sève est toxique, elle provoque des allergies au contact de la peau.




L'automne se met au vert

Les pelouses sont des écrins verts depuis l'arrivée des dépressions. Plus belles, plus tendres, plus vivantes depuis qu'il pleut. Il en fallait ! Mais trop c'est trop, il faut que la pluie cesse pour réaliser nos travaux d'automne. Nos amis les agriculteurs réclament des hautes pressions, un anticyclone pour retrouver un ciel bleu sans l'ombre d'un nuage pour les semailles et l'arrachage des betteraves. Qu'il fasse beau et que l'été de la Saint Martin (jour de l'armistice du 11 novembre) efface le mauvais temps qui dure à ne pas confondre avec l'été indien.

Bien que l'été indien ne soit pas de chez nous on en veut bien. L'expression est canadienne et passée dans la langue populaire avec Joe Dassin qui le chantait en 1975. Revenons à notre pelouse brunie cet été qui est rentrée en dormance pendant cette période sèche et reverdie cet automne. C'est sa manière de résister à un stresse par à un manque d'eau ou une forte gelée. La graminée minée par le stresse hydrique s'endort et concentre sa survie au niveau du collet entre les racines et les tiges. Si les feuilles sont grillées par le soleil, les racines passent en dormance. Aujourd'hui, c'est le grand réveil des gazons, pelouses, prés et pâtures mouchetés de taches blanches que sont les champignons. C'est l'automne qui se met au vert !

 

------------------------------------

Armoise commune, une panacée

L'armoise commune (artemisia vulgaris) appelée aussi artémise, armoise citronnelle, herbe de la saint jean, herbe de feu herbe aux cent goûts est une plante vivace sauvage qui se cultiver aussi dans un jardin. Autrefois l'armoise était suspendue en bouquet dans les étables pour attirer les mouches pour en délivrer les bovins. On disait que l'armoise chassait les mauvais esprits dans les étables et habitations.

Ses petites fleurs au mois d'août attirent une grande quantité d'abeilles à la recherche de son pollen, un apport de qualité pour nourrir les larves d'abeilles nées en septembre et doivent passer l'hiver dans la ruche. Ses fruits sont des akènes sans aigrettes qui se ressèment dans les friches riches en azote, décombres, au bord des ruisseaux, dans les ruines, le long des routes et des chemins.

L'armoise contient de la thuyone une molécule toxique qui provoque des hallucinations comme dans l'absinthe dont Paul Verlaine en faisait fort usage. En macération l'armoise est un excellent, répulsif contre les insectes, rongeurs et limaces.

 

------------------------------------

 

Cocorico à toute heure.

Les poules sont à la mode dans les jardins et c'est tant mieux. Pourvu qu'elles ne soient en surnombre sur un petit espace. Des poules oui ! Un coq peut-être ! Mais plusieurs coqs au milieu des habitations... attention aux oreilles !

Il est bon de savoir qu'un coq ne chante pas le matin pour vous réveiller mais pour marquer son territoire, il veut montrer qu'il est le chef en épatant ses poules. Lorsque plusieurs coqs se retrouvent rassemblés au milieu des poules...c'est la guerre des chefs ! C'est à celui qui chantera le plus fort, le plus longtemps quasi à toutes les heures pour se faire entendre auprès des concurrents mâles. Il doit être le maitre des lieux et cherche à éloigner les autres coqs. Ils combattent, se crêpent la crête. Plusieurs coqs dans le poulailler est une hérésie chez les gallinacées. Les poulets de chair destinés à la consommation chantent rarement car ils passent à la cocotte avant le cocorico. Une poule pour pondre n'a pas besoin d'être côchée par le coq, bien au contraire. Le coq est essentiellement indispensable pour féconder les œufs et obtenir des poussins. Dans une basse-cour plusieurs coqs font la cour aux quelques poules qui souffrent de moult mâles en mal de pulsions d'assouvissement. Sachez que le coq est polyglotte, il chante le cocorico en français, le kikeriki en allemand, le cock-a-doodle en anglais, le quiquiriqui en espagnol, le cocoroco en portugais, le kukeleku en hollandais et le chicchirichi en italien.

 

------------------------------------

Décibels

Les résidences secondaires sont la plupart du temps inoccupés. Sans entretiens, la propriété privée est réappropriée par dame nature. Le green est une herbe folle. Les arbres structurés s’entrelacent. La terrasse se prélasse sous la mousse. Les allées tirées au cordeau sont enherbées entre les feuilles mortes... Bref c'est le foutoir ! Une entreprise d'espace vert doit passer avant l'arrivée des vacanciers qui viennent se reposer au calme. Les tronçonneuses, tondeuses, débroussailleuses et souffleurs démarrent à coup de lanceurs en laissant échapper leurs décibels. Les voisins autochtones ont les oreilles cassées durant des heures et parfois des jours. Sachez qu’aujourd’hui il est possible de remplacer le moteur thermique par de l'électrique alimenté par des batteries : si si ça existe ! Les moteurs fonctionnent très bien sans échappement libre. Juste un peu de décibels.

 

------------------------------------

 

Fond d'artichaut Gros vert de Laon

Les artichauts Gros vert de Laon ( cynara scolymus) est une variété rustique adaptée à notre région. Ils sont bons en boutons et beaux en fleurs bleues voire les deux à la fois. Les artichauts se plantent au printemps en œilletons (drageons) détachés du pied mère. En racines nues, ils sont pralinés pour assurer une reprise. Ils sont aussi issus de graines et vendus en pot pour être plantés du printemps jusqu'en automne.

Une plantation tardive ne produit des têtes au printemps suivant. L' artichaut Gros vert de Laon apprécie un sol riche en humus et bien drainé en hiver. Il ne supporte pas les excès d'eau pendant cette période. En région froide, ( autrefois chez nous) il est préférable de les pailler en automne contre le gel.

Plantez les artichauts dans un carré de potager surélevé sur 20 cm de BRF associé à un compost. Le résultat est spectaculaire ! Le meilleur compagnon de l'artichaut est l'artichaut car son développement empêche la culture d'autres légumes à proximité. L'artichaut Gros vert de Laon est très bon à la santé, il est riche en fibre, minéraux, vitamines B9 et oligo-éléments. Il stimule le foie et lutte contre le vieillissement cellulaire.

 

 

 

Le plantain c'est tout bien

 

Le plantain lancéolé avec ses grandes feuilles de lapin fournit du nectar et du pollen aux abeilles d'avril à octobre. Le plantain lancéolé (plantago lanceolata) est utile aux insectes butineurs mais il l'est aussi comme plante aux multiples propriétés médicinales. Une feuille froissée sur une piqûre d'ortie ou d'insecte est anti-inflammatoire radicale qui calme la douleur immédiatement. Le plantain aide à la cicatrisation des petites plaies, égratignures de ronces, crevasses et bien d'autres usages. Ces jeunes feuilles et inflorescences sont comestibles, se dégustent crues en salade. Cuites, elles sont merveilleuses en potage ou pour accompagner des plats. Ses graines récoltées en été mélangées dans la farine servent à faire du pain. Si le plantain sauvage n'existait pas, il faudrait en semer. Tout est bien dans le plantain comme plante potagère, mellifère et officinale.

Une vie de merle dans mon jardin

Il est en général noir paré avec parfois de petites taches et barré d'un collier blanc pour charmer sa belle brune plus discrète. Papa virtuose chante la sérénade à sa future fiancée. Il est chez lui du matin au soir, il siffle haut et fort dans la soirée à la cime des arbres se fait entendre pour délimiter son territoire. Il monte la garde tous les soirs, passe en revue chaque buisson d'un crie perçant : fous le camp, fous le camp... c'est mon champ ! Mon champ dont je tire les vers blancs. Il est cosmopolite, habite chez vous ou dans la forêt. Nous sommes un couple de merles de la famille des turdidés.

Il ne marche pas, il sautille fait les cent pas. S'arrête. Bascule bec en terre une, deux, trois fois, extirpe une larve tipule qu'il garde en travers puis recommence quelques sauts plus loin, il les range dans son bec jaune sans les ingurgiter et ainsi de suite... Chasseur à pied, il s'envole bourré de larves pour ravitailler ses 3 à 5 oisillons dont les œufs vert clair tachés noir ont été couvés pendant 15 jours. Ils quittent le nid au bout de 15 jours et sont encore nourris pendant 3 semaines. Le nid est caché à 1m50 du sol dans un buisson ardent aux longues épines acérées. Papa remplace maman lorsqu'elle se nourrit. Un couple de merles occupe un territoire qu'il défend bec et ongle contre ses congénères. Adultes, les merles sont omnivores, ils picorent de petites baies (framboises, groseilles, sureau, cornouilles, mûres, raisins...) ainsi que quelques cerises chipées au dépend des étourneaux. Les merles de vivent pas en groupe mais en couple. Le mâle chassent de son territoire ses congénères. La femelle n'accepte pas dans son secteur d'autres femelles. Fidèle à son jardin à son conjoint, ainsi va la vie du merle.

Chapeau de paille à bon escient

Sur les réseaux sociaux fleurissent des conseils jardins prodigués par des bons génies sortis tout droit de terre. Bravo ! Les experts s'intéressent au sol de notre terre. Formidable ! Une terre qu'ils veulent voir masquée sous un épais paillage. Le message est clair : il faut pailler coûte que coûte ! Ne plus voir une terre nue, déshabillée. Couvrez cette terre que ne saurais voir.

Aujourd’hui, il est de bon ton de ne plus toucher au sol, le laisser tranquille. Pailler c'est bien. Je paille ! Je paille mes pieds de tomate lorsqu'il faut pailler notre chère terre exposée en plein soleil. Je la protège contre les rayons du soleil. Son chapeau de paille comme me le recommande mon bon docteur afin que je ne n'attrape pas un coup de soleil sur mon crâne dénudé. Passons... J'aime ma terre, alors je sème en douce mes radis, ma salade, mes betteraves, carottes, chicorées, haricots... repique les oignons, les échalotes, les ails... aïe aïe aïe sans paille ! Dans mon jardin je paille à bon escient.


 

----------------------------------------------

Nouveautés

Jardinière autonome des petites mains vertes

Semer des graines, faire pousser des fleurs, prendre soin des plantes, sont autant d’activités stimulantes qui permettent aux enfants d’observer l’évolution du vivant au rythme des saisons, de comprendre le fonctionnement et la magie de la nature et d’éveiller leur conscience de l’environnement.

Pour rendre l’initiation au jardinage ludique et accessible aux plus jeunes, MV INDUSTRIE a décliné la jardinière Calipso dans une version Mini Junior, d’une hauteur adéquate pour les enfants à partir de 3 ans.Les apprentis jardiniers peuvent manier les outils et le petit panier Kajo en plastique livrés avec la jardinière et découvrir cette activité en toute sécurité.
Ingénieuse, cette jardinière autonome Calipso Mini Junior a tout d’une grande, avec sa double paroi et sa réserve d’eau intégrée.

Serpe et serpe scie Fiskars avec taillants en crochet 
Un peu oubliée avec l’arrivée des outils thermiques, la serpe est à nouveau très utilisée, car elle reste efficace, fiable et simple à utiliser. Pourvues d’un manche ergonomique et d’une lame en acier incurvée, pour une meilleure performance de coupe, la serpe et la serpe scie sont idéales pour ébrancher, couper des broussailles, des ronces… 
Polyvalentes, les serpes présentent l’avantage d’avoir un large taillant, pour la coupe des petites branches et des broussailles, et un taillant en forme de crochet, pour envelopper et couper les végétaux. La serpe est aussi dotée d’un côté dentelé, pour une coupe de précision des herbes ornementales et autres plantes fibreuses, et la serpe scie d’un côté scie pour une coupe nette des branches dures fibreuses. 

Paillage

Pour limiter la pousse des mauvaises herbes, éviter le dessèchement de la terre et isoler le sol des variations brutales de température, le paillage est une technique simple à mettre en œuvre et qui facilite véritablement les travaux de désherbage et en réduit le temps consacré. Très prisé des jardiniers, le paillage, présent sous plusieurs formes - écorces de pin, copeaux de bois, chanvre... - offre au sol une excellente couverture décorative, écologique et économique. Disposé en couche épaisse de 5 à 10 cm aux pieds des arbres, dans les massifs de fleurs, les jardinières, le potager... il empêche la lumière du soleil de passer et limite ainsi la pousse des mauvaises herbes.
Nouvelle gamme de paillage végétal Limit’herbes. Décliné en 3 matériaux - écorces de pin, copeaux de bois et chanvre - Limit’herbes couvre tous les besoins selon la nature du sol, les plantes à protéger et l’effet recherché.

-----------------------------------

Un panier anti-rongeur

Les souris, mulots, campagnols pullulent cette année dans les jardins.  En effet, les rongeurs détestent l’humidité pour se reproduire. La sécheresse de cet été leur a permis de se reproduire à foison, ce qui explique la multiplication des renards, grands prédateurs des rongeurs (passons).  Si actuellement la nourriture est abondante, à l’approche de l’hiver, ce petit monde se nourrira de racines, graines et bulbes. Un automne pluvieux  puis froid cet hiver devrait réduire la population. Mieux vaut prévenir que guérir. 

 

  • Tapissez le fond d'une barquette avec un grillage avant de disposer les bulbes.

     

  • Recouvrez  de terre mélangée à du sable fin.

     

  • Disposez un grillage à poules par dessus.

-----------------------------------

Marcotter une clématite dans pot

  • 1- Versez un lit de billes d’argile dans un pot en zinc percé sur les côtés à 2 cm du fond. 

  •  2- Etendez une toile sur le drainage entre le drainage et le terreau semis et bouture

  •  3 - Dégagez les feuilles d’un rameau de l’année et conserver 2 paires de feuilles sur l’extrémité que vous. Incisez la tige que vous enfoncez dans le substrat

  • 4 - Couvrez la tige  avec du terreau maintenue avec des crochets. Arrosez copieusement la première fois.

Et après
Maintenez  humide la marcotte jusqu’en automne. Attendez le printemps prochain pour couper la tige qui sépare le pied mère à la marcotte

       


    ----------------------------------------------

    Fabriquer des mottes compressées

      La fabrication de mottes compressées permet de ne pas utiliser de contenant. Les plantations se font sans dépotage. Cette méthode est très économique et sans le moindre déchet.

      1. Préparez une boue avec du terreau universel et d’eau. Après le mélange, le substrat pressé a l’aspect d’une pâte à tarte dont on peut déjà réaliser des boulettes compactes.
      2.  Utilisez un presse-motte composé de 4 compartiments de 5cm de diamètre ou 5 compartiments de 3,8 cm que vous remplissez en pressant le terreau humide.
      3. Démoulez les mottes dans une caisse. Elles sont compactes et uniformes avec un avant trou au centre.
      4. Repiquez aussitôt  les jeunes plants dans les mottes très humides.
         

       

      Et après…  Attendez que les mottes se rétractent avant d’arroser.  Les plantes se développent rapidement et s’enracinent à l’intérieur de la motte. Selon les plantes,  vous les installez à la chaleur ou à la fraicheur comme si elles étaient cultivées en godet en plastique

     

 

 

----------------------------------------------

 

 

 

 

 

 

 

   
 
 

 

 

 

 

 

Copyright 2011 imageVerte - hubertlejardinier.com - contact