5 fruits sauvages comestibles

 

Les aubépines, églantiers, prunelliers, sureaux noirs, ronciers fournissent des petits fruits comestibles faciles à reconnaître pour ne pas être confondus avec des baies toxiques. Sans oublier quelques précautions à prendre avant la dégustation.

Aubépine (Crataegus monogyma), le garde-manger des oiseaux

Epine blanche, Epine de mai, cenellier. Ces fruits sont des cenelles au gout farineux avec un noyau à l'intérieur. Au printemps, l'aubépine en fleur indique la fin de des gelées. Appelé communément « épine blanche »,  Elle fait partie de notre patrimoine des haies sauvages. Les fruits (cenelles) régalent des oiseaux en automne.

L’aubépine était autrefois utilisée comme « porte-greffe »  pour les poiriers et néfliers.  Cette année, les aubépines sont particulièrement chargées en fruit, une aubaine pour lnouurir es oiseaux en vitamine au début de l'hiver.

 

Eglantier (Rosa canina), le poil à gratter des haies

Rosier sauvage, Rosier des bois, Rosier des chiens, Agulancier, Rose des haies, Rosier des bois, Eglantine.  Les fruits sont cynorrhodons appelés aussi poil à gratter ou gratte cul à cause des akènes fibreux irritants pour la peau mais pas pour les intestins ou ils ont un effet vermifuge. Les cynorhodons sont très riches en vitamine C, excellents en confiture.

Bon à savoir : Chaque région a toujours des églantiers adaptés à sa terre. L’origine du rosa canina, « Rosa » (rose) et « Canina » (Chien) on pensait autrefois que de  râper de la racine d’églantier préservait ou guérissait  la rage  des chiens.

 

Prunellier (Prunus spinosa), la prunelle des sous bois
l'Epine noire, Prunier épineux, Buisson noir, Belloce, Bellocier, Beloche, Argoche, e prunellier annonce le printemps au mois de mars, cependant ces fleurs sont parfois grillées par le gel (lune rousse). La prunelle est sucrée seulement après les premières gelées. L'arbuste porte des aiguillons acérés qui abrite les nids des oiseaux contre les prédateurs. Dans une forê, il protège l'écorce des grands arbres contre les cervidés

 

Sureau noir (sambucus nigra), l'arbre à coccinelles
Suseau, Susier, Sus, Suzon, Seuillon, Sambuc, Saou, Hautbois. Ces petites baies en grappe attirent les escadrilles de sansonnets qui s'abattent sur l'arbre au moment où les cerises commencent à murir. Petit bec, petite baie, les sansonnets le repas par le sureau en apéro. On plantait autrefois du sureau près des maisons car il attirait les bons génies
Attention ne pas confondre ses baie avec celles de l’hièble très toxiques ( à découvrir la semaine prochaine)

 

Roncier (rubus fructicosus), la maternité des jeunes pousses
Mûrier des haies, Ronce des bois. C'est une des meilleures confitures et gelées de petits fruits.
Chaque région, chaque terrain possède sa variété de roncier. Il en existe de très nombreuses espèces dans la nature. Les ronces ne sont pas là seulement pour fournir d'excellents fruit mais pour abriter les jeunes arbres contre les chevreuils et les cerfs qui au printemps broutent les jeunes pousses des chênes, frênes, hêtres, merisiers … Dès que les arbres ne sont plus à la portées des cervidés, les ronces disparaissent par enchantement, laissant place à la futaie. Malin !

 

Copyright 2010 imageVerte - hubertlejardinier.com