Attirer les insectes utiles aux jardins

   

Un jardin entouré d'une haie champêtre composée de nombreux arbres et arbustes abrite naturellement des auxiliaires qui vous protègent naturellement contre de nombreux parasites.

Les auxiliaires (coccinelles, syrphes, chrysopes, carabes...) utiles aux tomates et autres plantes y trouvent un abri. La construction d'un hôtel à insectes (petit ou grand) permet alors d'augmenter le nombre de couverts en cas de pénurie d'insectes pollinisateurs. Les abeilles solitaires (osmies) seront ravies d'y trouver des cavités pour y déposer leurs œufs. Cet insecte hyménoptère se réveille très tôt au printemps (avant les abeilles domestiques) pour butiner les premières fleurs. L'osmie est une fidèle au logement, elle ne change pas d'appartement d'une année sur l'autre à tel point qu'elle obstrue les trous d'évacuation d'humidité de vos fenêtres.

 

 

 

 

Favoriser les prédateurs
Un insecticide naturel ou chimique détruit aussi les insectes auxiliaires. Mieux vaut favoriser les prédateurs « anti-parasites » pour maintenir un équilibre écologique du jardin. Réduisez les parasites (pucerons, acariens, cochenilles...) en aidant les auxiliaires à se reproduire avec des plantes sauvages et/ou des abris à insectes utiles.

Reconnaître les insectes utiles
Ils sont très nombreux dont la plus connue est sans aucun doute la coccinelle. Un enfant à la maternelle est déjà capable de reconnaître une coccinelle rouge avec ses points noirs. Seulement si vous présentez une larve de coccinelle à un adulte utilisateur d'insecticide, il est la plupart du temps incapable de déterminer la bestiole qui est classée « parasite » car indéterminée.
Il est dommage qu'un utilisateur d'insecticides ne sache pas faire la différence entre un parasite et un auxiliaire. Alors qu'il suffirait de sur les boites et bidons d'insecticides de montrer des images d'insectes utiles au jardin et ailleurs... et notamment une larve de coccinelles !

Copyright 2010 imageVerte - hubertlejardinier.com