Nourrir son potager pour cet été

Compost.   La meilleure nourriture naturelle dans le potager est celle qu’on fabrique soi-même car elle est issue de nos déchets verts et ne coûte rien.  Seulement, cette richesse verte est parfois insuffisante en quantité ou en qualité pour alimenter judicieusement nos légumes surtout après un printemps humide et froid.


Le printemps 2013 n’y est pas ! La pluie continue, le froid, la grêle… où est passé notre joli de mois de mai ? « En mai fait ce qu’il te plait » se transforme « en mai c’est la plaie ! ». Les jardins  et terres inondés sont cauchemardesques. Passons… Rien n’est joué pour cet été car en juin on peut reproduire le mois de mai comme le confirme le dicton « qui sème ses haricots à la Saint Didier (23 mai) en récoltera de pleins paniers » ou « sème tes haricots à la Saint Claude (6 juin) ils rattraperont les autres ». A savoir ceux qui ont été semé en mai. Semez, plantez tous les légumes qui habituellement se mettent en mai (même les pommes de terre). Après la pluie… c’est reparti pour les semis. Mais attention, pendant toute cette période, notre terre a été rincée, elle a besoin d’être engraissée selon les légumes. Hormis les haricots qui fixent l’azote, nos légumes plus que jamais doivent-être nourris selon leurs exigences.  Pour ne pas se tromper, classons nos légumes par 3 catégories (feuille, fleur, racine et fruit)

De l’azote (N) pour les feuilles
Les légumes dont on consomme principalement les feuilles comme les salades, choux, épinards, bettes (poirées), poireaux, endives, céleris branches….apprécient l’azote symbolisé par un N.
Cet engrais est vendu sous différentes formes, il est chimique ou organique, préférez ce dernier car il est naturel. Dans cette catégorie le sang desséché ou le guano convient très bien. Il s’emploie avant le semis ou les plantations ou en entretien lorsque les légumes le demande (après les intempéries). Ils ont l’avantage d’agir vite et sur une longue durée et progressivement sans  brûler les racines. Le feuillage reprend de la vigueur. Attention l’excès d’azote favorise les attaques de pucerons !

Du phosphore (P) pour les fleurs
Les légumes dont les fleurs ont besoins d’être nombreuse pour une fructification importante. C’est le cas des tomates, concombres, poivrons, aubergines, potirons, courges, melons…qui en début de culture ou à la plantation apprécient le phosphore. Cet engrais aide à la fois la formation des fleurs et améliore l’enracinement. Le phosphore est symbolisé par un P. On le retrouve dans la farine d’arêtes de poisson, la poudre d’os, le guano et dans les phosphates naturels. Cet engrais naturel est très intéressant pour enrichir un tas de compost.

 

De la potasse (K) pour les racines et les fruits
Il faut de la potasse symbolisé par un K. Cet engrais augmente la vigueur, donne de la force aux légumes, ils sont plus résistants aux maladies et au gel. La potasse favorise aussi le développement des racines comme aux carottes, navets, radis noirs, betteraves rouges au tubercule des pommes de terre, les asperges après la production (en feuille). Elle fait grossir les fruits, accentue les couleurs aux tomates courges, melons, pastèque, aubergines, poivrons, piments ainsi qu’aux petits fruits comme les fraisiers, framboisiers, groseilliers, cassissiers, gojis…

 

Bon à savoir
On les trouve chez les spécialistes du jardin de nombreux engrais spécifiques prêts à l’emploi. C’est le cas des engrais tomates (valables aussi pour les poivrons, aubergines, cucurbitacées…) les engrais fraisiers et petits fruits, les engrais pommes de terre et plantes aromatiques…. Il existe aussi des engrais universels ou potager qui se répandre quelques jours voir plusieurs semaines avant les semis et plantations.
Dans tous les cas, respectez bien les doses indiquées sur les emballages.

Copyright 2010 imageVerte - hubertlejardinier.com