Queues de cerises pour les clafoutis

Les étourneaux sansonnets volent en petites escadrilles pour se jeter à bec perdu sur les cerises. Des sifflements, gazouillis entrecoupés d'un pot pourri de tonalités garantit un dénoyautage des cerises promises, Que faire ?

L'étourneau sansonnet picore la drupe et se gave sur l'arbre. Il n'y a pas de noyaux de cerises dans un nid d'étourneaux : sa nichée n'est pas frugivore. Les oisillons se nourrissent à la becquée de vers. Les adultes non plus ne sont pas frugivores mais omnivores, ils mangent de tout : invertébrés, coléoptères, escargots, limaces, vers de terre, araignées, cochenilles, cerises, abricots, quetsches, mirabelles, sureau, raisin...).

L'étourneaux bienfaiteur

Perchés sur le dos, ils déparasitent les ruminants (bovins, chevaux, moutons...) et grands mammifères (cerfs, chevreuils, sangliers...). En dehors des périodes de fructification, ils marchent par petits groupes de 10 à la conquête des prés et des pelouses pour extirper les parasites (cousin, ver du hanneton, ver blancs...).

L'étourneau a le bec sucré

Ils ne résistent pas aux cerises à clafoutis (car ils préfèrent les fruits juteux qui se dénoyautent facilement). Reconnaissons qu'une flopée de petites escadrilles d'étourneaux tournicotant sur un cerisier montmorency énervent les bouches gourmandes. Que vont devenir nos tartes, nos confitures, nos cerises à l'eau de vie, nos clafoutis etc ?

Bonne année 2020

Cette année, la fructification est exceptionnelle en quantité et en qualité. Il y en a pour tout le monde. Sincèrement cette année nous ne devrions pas faire « queues de cerises » ! Ce ne sera pas la guigne aux bigarreaux !

Villes dortoirs

Attirés par la lumière, les étourneaux au moment des migrations investissent les centres-villes pour se réchauffer car il fait 4°C de plus qu'à la campagne. Leurs fientes dégagent une mauvaise odeur. Seuls les cris du geai ou d'un rapace sont capables de les effrayer. Et encore !!!

 

 

Sur nos gardes

La vigilances est tout de même de mise, ne baissons pas la garde et il est tout de même conseiller pour les années à suivre de préparer une bonne défense dont voici quelques astuces pour repousser les chapardeurs.

  • Monter la garde. C'est sans doute la solution la plus radicale pour les effrayer. Encore faut-il pouvoir faire le planton du matin au soir sous le cerisier.

  • Une radio causante. Attention le sansonnet et mélomane, il aime chanter la ritournelle et il est un excellent imitateur. Préférez un programme causant (chaine infos). La parole humaine effarouche les étourneaux pendant un certain temps. Après ils s'habituent aux paroles. Pensez aussi aux décibels émis dans le voisinage.

  • Suspendre des CD. Ils réfléchissent la lumière, éblouissent les volatiles et les perturbent sous les rayon du soleil.

  • Concert de conserves. Le cliquetis des boites de conserves qui s'entrechoquent provoquant des sursauts. Seulement le sansonnet est capable d'imiter le cliquetis des conserves. Un papier d'aluminium autour des conserves serait plus effrayant.

  • Hareng . Un poisson déshydraté pendu au bout d'une gaule. L'étourneau aurait-il du nez ? Ou s'agit-il de la forme du poisson qui représenterait le vol d'un rapace ?

  • Effaroucheur cerf-volant. Accroché au bout d'une perche le cerf-volant effectue un va-et-vient qui rappelle le vol d'un rapace avant de se jeter sur sa proie. Efficace lorsque l'épouvantail est unique dans le secteur.

  • Filet anti-oiseaux. Très efficace pour protéger les petits arbres ou les petits fruits. S’agissant d'un arbre conséquent, la pose s'avère difficile, compliquée et dangereuse.

    Partager les gains.

    C'est la quantité qui sauve ! Il faut parfois céder quelques cerises lorsqu'elles sont abondantes.


Copyright 2010 imageVerte - hubertlejardinier.com