COING

Cognassier. Il se pare en automne de fruits décoratifs et parfumés. Facile à cultiver, il pousse presque partout. Et pourtant, il disparait des vergers et des jardins.  Etait-il un arbre banal planté par hasard au bord d’une haie, dans un coin de jardin.


Bizarrement, les cognassiers sont restés sans bouger, peu d’amélioration depuis des siècles. L’explication vient sans doute dans son utilisation : on ne croque pas dans le fruit comme dans une poire ou une pomme !  Le fruit doit être transformé pou être apprécié.  Dommage, le coing est un régulateur digestif. La fameuse gelée de coings que l’on donne au bébé lorsqu’il a la diarrhée en ralentissement du transit intestinale.


Culture et entretien
Le cognassier pousse partout dans un sol léger, neutre voir légèrement acide pauvre ou riche. Néanmoins, il redoute les excès de  calcaire et d’humidité pendant l’hiver. Plantez-le de préférence à l’abri des courants d’air sans pour autant le mettre le long d’un mur. Sa place au bord d’une haie, dans une encoignure de jardin ou pourquoi pas mélangé avec vos arbres d’ornement. Il a sa place dans un petit jardin de ville. Il sera très décoratif au printemps et surtout en automne avec ses fruits dorés. Pas de taille, il se débrouille seul pour fructifier. Supprimez simplement les branches mal placées. S’il est planté dans une pelouse, évitez de répandre un engrais gazon  jusqu’à l’aplomb des branches,  les fleurs risquent de couler au printemps (pas de fruits)

Récolte des coings
Cueillez le plus tard possible ses fruits. On eput attendre qu’ils tombent d’eux-mêmes mais il faudra vite les transformer avant qu’ils s’abiment. Dans un endroit frais, les coins peuvent se garder 2 à 3 mois. Ne mélangez jamais les coings avec les pommes et les poires car il transmet son odeur aux autres fruits. 

Les espèces intéressantes

  • Champion. Gros fruit jaune vif (500g)  donnant un bon goût en mélange dans d’autres confitures. Rustique, il est très décoratif pour ses fleurs au printemps et ses couleurs automnales. Rapporte  dès les premières années de plantation. Récolte : fin octobre à novembre.
  • Du Portugal. Plus sensible au froid, mieux vaut le réserver aux régions au climat doux où il peut atteindre 7 m d’hauteur.  Idéal pour fabriquer des pâtes de fruit
  • Maliformis. Son fruit sphérique, très productif et résiste bien au gel. Malheureusement les fruits sont peu savoureux. Dommage !
  • Géant de Vranja. Le plus connu et sans doute plus intéressant. Ses fleurs rose clair s’épanouissent en avril. Les fruits sont gros et peuvent atteindre plus d’1 kg. Ils sont parfumés et se récoltent à la mi-octobre

Gelée de coings.
Lavez les fruits sans les éplucher en retirant seulement les queues et les feuilles. Coupez-les en tranches d’un cm d’épaisseur. Mettez-les cuire à feu doux dans une bassine. Ils sont cuits lorsque les tranches plient sous les doigts. Récupérez le jus en le passant puis pesez le liquide.  Mettez le même poids en sucre et refaites cuire pendant quelques minutes. Versez la gelée dans les pots. Couvrez le lendemain. 

Liqueur de coings
Lavez les fruits et râpez-les (retirez toujours les queues et feuilles). Mettez-les dans un bocal avec de l’eau-de-vie de fruits. Laissez-les macérer pendant 50 jours. Passez-les en faisant un sirop avec du sucre et de l’eau. Selon votre goût, il faut plus ou moins 300 g de sucre pour un verre d’eau. Laissez reposez au moins 15 jours avant consommation (avec modération !). 

Pâte de coings
Il faut 1 kg de coings pour 2 litres d’eau. Mettez les coings en morceaux dans une bassine sans enlever les pépins. Faites-les cuire pendant 45 minutes. Egouttez et gardez le jus pour la gelée.
Moulinez la pulpe. Ajoutez du sucre poids pour poids. Faites cuire 20 minutes sur feu doux en tournant. Etalez la pâte sur une épaisseur de 2 cm. Laissez sécher pendant 2 jours. Découpez en cubes et rouler au sucre.

Copyright 2010 imageVerte - hubertlejardinier.com