COMPOST

Tontes de gazon,  tailles d’arbustes,  herbes indésirables  n’en finissent pas d’envahir nos massifs, les salades semées au printemps montent à graine… que cela ne tienne, on va transformer ces déchets verts en un excellent engrais naturel

A la fin du 18ème siècle, un savant nommé Antoine Laurent Lavoisier a affirmé un principe très important : « rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ». Le compostage des déchets dans le jardin n’en est-il pas une forme concrète ? On pourrait même affirmer qu’il s’agit d’une forme « écologique » et de « bon sens » de traiter les déchets verts. Pourquoi les appeler « déchets » alors qu’il s’agit de matières très intéressantes pour nourrir la terre. Pourquoi acheter  des engrais alors qu’ils sont gratuits au bout du jardin ? Faire son compost c’est rendre à la terre ce dont on lui avait emprunté. Aussi, on ne peut pas demander à notre terre de fournir  légumes, fruits et fleurs sans la compenser.  Ne rien lui donner, c’est l’épuiser ! Inversement trop lui donner (excès d’azote) peut la rendre malade.      

 

La recette du compost 
Il peut être mis en tas  à l’air libre  ou dans un composteur et si vous êtes  bricoleur  4 palettes feront l’affaire pour retenir les déchets au carré. Il est préférable de  l’installer à l’ombre sous un arbre par exemple. On peut aussi le cacher en tressant tout autour un plessis éphémère. Après rien ne vous empêche de semer quelques plantes grimpantes pour le rendre plus discret.  
Le principe du compost est de mélanger tous les déchets, or en ce moment ce sont les tontes qui vont faire monter le tas. Mais pour l’améliorer, il impérativement y ajouter d’autres élément pour qu’il soit aéré. N’hésitez pas à faire un lit de petites branches issues de tailles. Tout y passe : les laitues montées, les herbes indésirables, la mousse scarifiée, les épluchures, les feuilles, coquilles d’œufs… Si vous possédez un broyeur, vous pourrez broyer les arbustes épineux (rosiers berbéris, pyracanthas…). Vous pouvez aussi l’enrichir avec du fumier frais (bovins, chevaux, moutons…). Seules les racines de chiendent ou liserons seront mises de côté, mieux vaut les laisser sécher au soleil. Evitez aussi, les fanes de pommes de terre, tomates, poireaux  qui risquent de propager des maladies plus tard. Attention  le compost n’est pas une décharge !!!
On accélère la décomposition du compost en le remuant de temps en temps. Mais il ne faut pas perdre de vue que ce sont les lombrics qui usinent et digèrent  les déchets pour le transformer en un excellent amendement naturel. Ça ne coûte rien et ça rapporte du  terreau

Combien faut-il pour s’en servir ?  
On peut employer le compost  2 à 3 mois après l’avoir entassé dans un silo ou en tas. Sachez lors de la première utilisation du compost dans un silo, la durée du processus est environ du double, car il faut que la faune des petits animaux et des micro-organismes  soit formée et activée. Pour affiner pleinement ce compost, il faut le conserver encore quelques mois dans un silo ou en dehors (tas). Ainsi la qualité de l’humus obtenu sera constante, il sera riche en oxygène et permet d’amender des sols lourds en apportant la force aux plantes qui conserveront leur bonne santé après la période de croissance. Il est d’une bonne utilisation pour la préparation des semis ou en apport direct dans les sillons et les trous à planter.
D’une façon générale, riche en engrais, il est préférable d’utiliser le compost comme amendement. Pour obtenir une bonne et fine qualité,  tamisez le compost avant son utilisation. Pour cela  utilisez un grillage ou un tamis.
La qualité de compost à  utiliser sera plus importante si sa maturité est plus grande.

La bonne dose

  • Gazon : 3 à 5 litres par m²
  • Massif de fleurs : 4 à 6 litres par m²
  • Arbres fruitiers : 5 à 10 litres par m²
  • Tomates, cornichons, pomme de terre, plants de choux, céleris, asperges, maïs, rhubarbe : 10 à 15 litres par m².
  • Salades, choux raves, radis, fenouils, betteraves rouges, bettes, salsifis, persil 5 à 10 litres par m²
  •  Épinards, mâche, chicorées, carottes, oignons, poireaux, petits pois, haricots (compost bien mûr) 3 à 5 litres par m²
  • Jardinières 3 à 10 cuillères à café de compost tous les 3 à 4 mois.
  • Plantes d’appartement : lors du rempotage d’une plante d’appartement il faut mélanger de 1/6 à 1/8 de compost de bonne maturité avec le terreau.

 

Copyright 2010 imageVerte - hubertlejardinier.com