CUCURBITACEES

Les concombres, cornichons, courges, potirons, petits marron, melons… exigent de la chaleur pour pousser.  C’était loin d’être le cas jusqu’au week-end dernier. Si les températures flirtaient avec une vingtaine de degrés la journée, au petit matin,  elles avoisinaient 3 à 5 °C et dans certaines contrées le thermomètre est descendu en-dessous de  0°C.

Les feuilles des cucurbitacées  plantées début mai en ont pris un sacré coup dans le nez !  Pire les jeunes plantes donnaient l’impression de rétrécir au fil du moi de mai ! Les jardineries et professionnels du jardin ont vu moult clients mécontents revenir avec  concombres, melons et courges en mauvaise posture.
A qui la faute ?
On ne peut pas accuser ceux qui ont vendu les barquettes de jeunes plantes car si le mois de mai avait été « normal », à partir de la mi-mai  rien ne vous empêchait de planter ou semer les cucurbitacées. Surtout si elles sont  abritées sous châssis chauffés au fumier frais, dans un tunnel ou sous une serre chaude. Cette technique permet de récolter plus tôt. Sous cette même rubrique, dimanche 2 mai intitulée « Méfiez-vous du gel »   j’avais évoqué les fameux « Saints de glace » des 11, 12 et 13 mai. Ce qui a fait réagir un lecteur anonyme : « Vous êtes encore au Moyen-âge ou à l’Almanach Vermot 1901. Ces croyances sont révolues, ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas de risques, une fois tous les 10 ans. Mais pourquoi ces 3 saints y seraient pour quelque chose ? Pourquoi pas avant ou après, croyance de vieilles bigotes (…)» !   Je vous l’accorde, ce ne sont que des croyances non scientifiques. En 1960, le Vatican s’en mêle aussi et remplace Mamert,  Pancrace, Servais par Estelle, Achille et Rolande pour ne plus inquiéter les agriculteurs et jardiniers. Si  les saints changent, le risque d’une  gelée matinale demeure. La prudence reste de mise.  Autre adage (peut-être contestable) :  « Sème tes haricots à la saint Didier (23 mai)pour un tu en récolteras un millier ou  de pleins paniers » et  « semis de saint Claude rattrape les autres 

Les bonnes conditions de culture
Les cucurbitacées se plaisent  dans une terre riche en matière organique (humus). Vous devez l’enrichir  avec du terreau, compost du jardin ou déshydraté, du fumier enfoui avant l’hiver. Les concombres, cornichons melons, courges, potirons… apprécient une terre travaillée en profondeur, fraîche mais surtout  sans excès d’humidité. Au moment de la plantation, vous pouvez  incorporer un engrais organique  riche en magnésie et en bore  du type engrais tomates.

Semis en place
Semez 5-6 graines en  poquets en les écartant de  50 cm à 60 cm. Recouvrez les graines avec du terreau. Protéger le semis du froid sous un voile de forçage (P17),  cloche ou cône de forçage pour  réchauffer la terre. Au début, maintenez humide les graines  pour qu’elles lèvent vite et que les jeunes cucurbitacées démarrent bien.  Retirez les protections lorsque les jeunes plantes sont franchement développées. Conservez 3 pieds  au maximum par pot.  Repiquez les plants arrachés Dans  les terres sèches,  arrosez régulièrement.  

Le paillage
Le plus économique est la paille (facile lorsqu’on habite la campagne) ou des fibres de bois (fibralgo), paillette de lin….  Le paillage retient  l’humidité (moins d’arrosage),  empêche la pousse des herbes indésirables et maintient  les fruits propres. Néanmoins méfiez-vous des limaces qui trouvent refuges sous le paillis. Répandez dès granulés à limace à base de Ferramol®, un produit inoffensif contre les animaux domestiques et hérisson. Protégez le semis avec une barrière anti-limace

 

Copyright 2010 imageVerte - hubertlejardinier.com