Envie de fraisiers

es fraises regorgent de bienfaits. Elles sont excellentes sources de vitamines C et en fibres. Peu caloriques, elles sont riches en flavonoïdes, un antioxydant favorisant une bonne circulation des vaisseaux sanguins. Elles sont encore meilleures pour la santé cultivées chez soi.

La fraise est un plaisir gourmand dont on ne se lasse pas de la déguster du printemps à l’automne. Cependant la cueillette est le principal hic lorsqu'il faut se baisser pour les ramasser. Les fraisiculteurs ont résolu le mal de dos en cultivant les fraisiers dans des gouttières soignés au goutte-à-goutte sous une alimentation appropriée. Les fruits sont à la bonne hauteur et toujours propres. Cette technique sous serre peut aussi s'effectuer en plein air sans pour autant avoir un grand jardin. Un simple balcon peu suffire pour récolter des fraises dans des jardinières.

Culture au sol

Inutile d'épiloguer sur cette technique qui fait toujours ses preuves. La plantation en ligne à plat ou sur butte avec ou pas un film plastique et pourquoi pas un bon paillage pour empêcher les herbes de s’infiltrer entre les stolons. Bref cette culture a encore de très beaux jours devant elle.

Culture surélevée en bac

Cette technique n'a pas l'ambition de récolter des dizaines de kilos de fraises pour faire des confitures mais elle a au moins le mérite de soulager le dos avec un atout supplémentaire : une meilleure résistance aux maladies surtout en période humide comme ce fût le cas cet été. Les fraisiers sont balayés par une petite brise empêchant le botrytis de pourrir les fruits, ce champignon se développe en milieu confiné. Autre avantage, dans un bac surélevé, on peut cultiver les fraisiers en plus grande quantité sur un espace restreint. Les fraises pendent sur le rebord du bac profitant au maximum du soleil.


Les bonnes variétés

En pleine terre, sous serre, en bac, en jardinière ou en gouttière... la saveur des fraises dépend surtout de la variété choisie. Si les fraises importées d'Espagne ou du Maroc brillent sous un très bel aspect, elles sont loin d'être à la hauteur des gariguettes, certes plus fragiles mais tellement plus savoureuses. Cette variété non remontante, fructifie une seule fois au printemps et puis c'est tout.

Dans un petit jardin, il est préférable de planter des variétés remontantes (qui n'ont rien à voir avec les variétés grimpantes). Les fraisiers remontants fructifient au printemps et une seconde fois en fin d'été (ils produisent actuellement). Sachez que les fraisiers plantés actuellement rapporteront abondamment dès le printemps 2022.

Laquelle la meilleure ?

Un conseil que je n'ose plus m'aventurer car vous trouverez chez les spécialistes des variétés excellentes avec des critères différents. Préférez les variétés remontantes pour petits espaces et des variétés non remontantes et remontantes pour les grands jardins. Quant à choisir la meilleure, je répondrai comme Nicolas le Jardinier lorsqu'il évoquait une rose, je ne citerai aucune fraise pour ne pas rendre les autres jalouses. Sinon la meilleure est sans aucun doute celle que vous chapardiez chez votre grand mère !

 

Un conseil : procurez-vous des plants “ certifiés indemnes de virus’’  chez  un professionnel du jardin qui devrait vous guider dans votre choix des variétés.


La petite histoire

Au XVIIIeme siècle, un navigateur breton, Amédée-François Frézier rapporta du Chili des plants de fraisiers  ‘blanche du chili’ qu’il planta à Plougastel en 1740. Son implantation fut un succès au point que cette région produisait en 1937, le quart de la production française. Avant cette date, on ne consommait que la fraise des bois.

C'est le croisement entre la Blanche du Chili et la fraise de Virginie qui est l'ancêtre de nos fraisiers non remontants.  En 1893, l'abbé Thivolet obtint la première fraise remontante, la variété "Saint-Joseph" une variété qui existe toujours

Copyright 2010 imageVerte - hubertlejardinier.com