Février remet les pendules à l'heure

On l’attendait, il est arrivé de Sibérie. Le 31 janvier 2012, le froid est rentré en France par l’Est.  Fini la douceur, les géraniums accrochés au balcon, les crocus en fleur, les roses au parfum… Seuls rescapés les perce-neige !


Surpris ou pas nous subissons actuellement un épisode froid  à cause de l’anticyclone « Paris Moscou ». Les records de froid flirtent avec  ceux de février  1956 où l’hiver débuta le 31 janvier et se termina le 28 février. Ce fût l’hiver le plus froid du 20ème siècle. Malheureusement les dégâts furent importants, de nombreux végétaux périrent sous l’effet brutal du gel. Les oliviers dans le midi  n’échappent pas non plus au gel.  Sous prétexte du « réchauffement »  56 ans plus tard, on plante des oliviers centenaires « déracinés » de leur pays d’origine pour orner les propriétés du nord. Des arbres qui coûtent une fortune à déplacer. Après de coup de gel, le bois ces oliviers seront recyclés pour confectionner des plateaux à fromages,  saladiers, tout un tas d’ustensiles pour la cuisine. Aujourd’hui, il est encore trop top pour faire l’inventaire des plantes qui passeront à trépas. Rendez-vous en avril mai pour l’état des lieux. Il n’empêche que le froid et la neige sont parfois bénéfiques.

Arbres fruitiers
Le gel est salutaire pour détruire la vermine. Les acariens, pucerons lanigères, cochenilles, larves devraient être moins présents cette année. Le gel  repose les arbres, il empêche une montée de sève précoce. Si le temps était resté doux comme en janvier, la fructification aurait pu être compromise à cause d’une gelée tardive. Actuellement, le report de la floraison est de bons augures. Néanmoins, les arbustes  à petits fruits comme les groseilliers ou  cassis qui bourgeonnaient en janvier risquent d’en prendre un coup de geler. Pour le reste, la vigne, les pommiers, poiriers, cerisiers, pruniers, pêchers…le froid devrait être bénéfique. A suivre dans les prochaines semaines…

Le gel détruit les lauriers
Les lauriers atteints par la chlorose (feuilles jaunes) sont plus fragiles au gel et à la neige,  risquent de ne pas repartir dans la partie supérieure comme ce fut le cas en 1985 et 1986. Si tel était le cas, en mars-avril, vous devrez vous résoudre à rabattre sévèrement la haie pour qu’elle reparte de la base.

Les rosiers, du bon et du mauvais
Si vos rosiers sont greffés sur les porte-greffes adaptés à votre terre, ils repartiront avec des pousses vigoureuses et une floraison abondante.  Une taille très sévère avant cet épisode de froid favorise le gel des bourgeons terminaux. Les rosiers tiges et pleureurs dont la greffe n’a pas été protégée risquent de ne pas redémarrer au printemps. Dans tous les cas, attendez le mois de mars pour les tailler.

Et dans le potager ?
Le froid travaille la terre à notre place. Elle sera plus facile à affiner après le dégel. Au chapitre des bonnes nouvelles les larves de mineuses sur les poireaux auront du mal à s’en remettre (affaire à suivre aussi).  Profitez du temps sec pour étendre le fumier sur les parcelles. Les laitues d’hiver protégé sous un voile d’hivernage devraient en principe s’en sortir.

Jardinières sur le balcon.
Les bulbes de tulipes, jacinthes, narcisses devraient fleurir normalement au printemps. Seul bémol les crocus anormalement fleuris en janvier attendront l’année prochaine pour s’épanouir. Les conifères résistent au froid mais pas à la sécheresse. Lorsque les températures seront positives, arrosez copieusement vos jardinières. Ceci est valable pour toutes les autres plantes (pensées, primevères, petits arbustes…)


Copyright 2010 imageVerte - hubertlejardinier.com