Se protéger avec une haie défensive

# PROTECTION - Inutile de dresser une forteresse pour empêcher les intrus de franchir votre propriété,  il suffit de barrer la traversée avec des arbustes épineux. Vous avez le choix entre plusieurs espèces comme les épines vinettes, buissons ardents, aubépines, argousier et bien d’autres aux épines acérées à prendre avec des gants.

Si les arbustes sont capables d’éviter les intrusions, soyez de votre côté prudent et vacciné contre le tétanos avant de vous engager dans une telle plantation. Quant aux oiseaux, ils seront heureux de trouver mets et couverts.  Les prédateurs ne pouvant pas grimper à l’intérieur, de nombreuses espèces choisissent de nidifier discrètement au cœur de la haie protectrice. En automne, les baies et petits fruits les aideront à passer l’hiver.

Plantation d’une haie défensive
Elle peut être à la fois décorative est utile, n’hésitez pas à mélanger les essences aux feuillages caducs et persistants pour qu’elle reste verte en partie toute l’année. Plantez tous les 60 cm à 120cm de distance A la différence d’une haie classique où les arbustes sont plantés en rang d’oignon, dans ce genre de haie  pratiquez le quinconce sur 2 ou 3 rangées pour renforcer l’invincibilité. Plus le terrain à défendre est spacieux, plus vous pouvez élargir la clôture. L’accès étant compliqué par la suite, il est préférable d’étendre une bâche géotextile sur le sol. En revanche, une plantation dense dès le départ réduit l’invasion des herbes indésirables. Quoiqu’il en soit au fil du temps, la haie prendra le dessus.

Quels arbustes épineux  choisir ?

- Berbéris (épine vinette).  
Le berbéris pourpre  ‘thunbergii ‘Atropurpurea’ est le plus populaire dans cette même famille. Il est à feuillage semi-persistant lorsque l’hiver n’est pas trop rude. La plupart du temps, il est planté en haie structurée taillée au carré. Ses épines extrêmement pointues rendent la haie infranchissable. Dans une haie libre, il monte à plus de 3m de hauteur.  Il est très décoratif au printemps avec ses fleurs jaunes. Les oiseaux apprécient ses fruits en automne.
Les berbéris darwinii et stenophylla au feuillage persistant  conservent leurs feuilles pendant l’hiver malgré un froid intense. Comme tous les berbéris, la floraison jaune-orangée leurs confèrent une élégance printanière.

- Elaeagnus angustifolia (Olivier de Bohème)
A ne pas confondre avec les oliviers du midi mais dont sa ressemblance est flagrante avec les épines en plus.  Ses feuilles caduques argentées lui donne le surnom « d’arbre d’argent ». Ses fleurs parfumée blanc crème s’épanouissent en mai-juin puis se développent des fruits en forme de petites olives de couleur orangée, comestibles en automne.

- Hippophae rhamnoides (Argousier)
Qui si frotte s’y pique, l’argousier (à ne pas confondre avec l’arbousier)  pousse à l’état sauvage dans les alpes du Sud dont ses fruits (argousses)  sont t très appréciés pour sa richesse  en vitamine C.

-  Crataegus (Aubépine)
Appelé communément « épine blanche »  fait partie de notre patrimoine des haies sauvages. Elle explose de fleurs blanches au printemps lorsque les gelées ne sont plus à craindre. Les fruits (cenelles) régalent des oiseaux en automne. L’aubépine était autrefois utilisée comme « porte-greffe »  pour les poiriers et néfliers.  
Prunellier (épine noire) C’est la première haie qui blanchit le printemps. Son aptitude à drageonner est (était) fortement utilisée dans le bocage pour clôturer le bétail. Les prunelles sont très appréciées des oiseaux frugivores (merles, grives…) disséminent les prunelliers dans les jeunes friches.

- Les autres espèces intéressantes :
 Les rosiers (rosa rugosa), pyracanthas (buisson ardent), mahonias, églantiers,  houx, Cognassier du Japon, osmanthus

Copyright 2010 imageVerte - hubertlejardinier.com