La mercuriale, l'herbe du bon jardinier

Famille des euphorbes, appelée, foirolle, caquenlit, chimou, rimberge, aremberge, vignette ou chou de chien. Elle est très commune dans les potagers plutôt assez riche et travaillés finement.

Chez nous, on les appelle des putroles. Ne cherchez pas dans le dictionnaire, putrole n'y figure pas. Rien à voir non plus avec les trolles, des montagnes. La putrole fait partie du langage des paysans et jardiniers. Les putroles poussent dans les bonnes terres riches, arrosées, bichonnées. Sans vouloir être vulgaire, dans putrole, il y a comme une odeur nauséabonde lorsqu'elle est froissée. Mercuriale vient de mercure dieu des commerçants. Aujourd’hui encore on parle de variation mercuriale. Il s'agit du tableau officiel des cours des denrées vendues sur les matchés (rien à voir avec notre plante).

La putrole mercuriale apprécie un terre fine

Dans le potager, il suffit de préparer une terre très finement en vue d'y semer des carottes au printemps ou encore après avoir récolté les pommes de terre en août puis arranger la terre dans l'intention de semer des mâches pour que la mercuriale s'empresse de tapisser le sol en moins d'une semaine. D'abord petites, elles grandissent assez vite.

La mercuriale au Moyen-âge

Comble de la mercuriale annuelle, elle aurait été cultivée au moyen-âge pour accompagner les viandes ! Sa propagation a été largement favorisée par l'homme depuis la préhistoire. Il fallait la faire cuire pour éliminer les substances toxiques. Elle était surtout utilisée comme laxatif et purgatif, le fameux « chimou ».

Herbe indésirable

La mercuriale fait partie des mauvaises herbes dans le potager par l'odeur qu'elle dégage mais aussi pour sa faculté d’occuper un jeune semis. Elle dépasse rarement les 50 cm. C'est une herbacée, annuelle mais qui passe souvent l'hiver sans disparaître lorsqu'il est insuffisamment froid.

Au stade plantule, la mercuriale annuelle est reconnaissable par ses grands cotylédons ovales et parcourus de nervures plus claires dichotome (qui se séparent en deux).

Mieux la déterminer

La Tige est equadrangulaire et ne contient pas de latex contrairement aux euphorbes

Ses feuilles sont vert clair, ovales-lancéolées avec des pétioles très courts opposées

La mercuriale est dioïque, les fleurs mâles et femelles sont sur des pieds différents. Les fleurs femelles sont solitaires à 3 sépales. Les fleurs mâles sont groupées en 4 à 12 glomérules en épis

fruit est une petite capsule hérissé de poiles à 2 loges. La graine à un pouvoir germinatif de 50 ans lorsqu'elle est située dans la couche arable. Un pied femelle fournit 750 graines voire 1000 graines

Les graines germent à partir de 12 °C optimum 26- 28C° Max 35°C

Comment s'en défaire ?

En pratiquant le faux-semis. Il faut la tromper en lui faisant croire qu'on apprête à semer des légumes ou des fleurs.

Préparer la terre

Huit jours avant la date prévue d’implantation de la culture, le terrain est préparé finement. Même si ce n’est pas indispensable, l’idéal est de le rouler. S’il ne pleut pas, arroser la surface.

Une semaine plus tard

Une semaine après, de nombreuses graines de la mercuriale germent ainsi que d'autres adventices . Elles sont à peine visibles, encore au stade de plantules. Deux passages croisés avec une griffe ou une ratissoire permet de s'en débarrasser.

Surtout ne pas passer une motobineuse ou de travailler en profondeur, on risque de remonter en surface d'autres graines qui n'attendent que ça pour germer.

 

Copyright 2010 imageVerte - hubertlejardinier.com