La météo des jardins en 2018

Dans nos jardins, jusqu’ici nous y perdions notre latin en raison de l’évolution de la météo. Les conseils ancestraux ne font plus bon usage avec notre temps. Il convient aujourd’hui d’adapter le jardinage avec le changement climatique.

D’après météo France, les années se suivent et se ressemblent parce qu’il fait de plus en plus chaud. En 2018 le nouveau record  est de 14°C en moyenne. Il s’agit d’une moyenne, ce qui veut dire qu’il peut faire très froid sur une courte période (bien souvent hors saison) et puis  le temps s’inverse sous une canicule. Il peut pleuvoir en quantité comme ce fût le cas au printemps dernier puis souffrir d’un été chaud et très sec. Ou pire encore subir en quelques minutes des orages violents qui inondent un village, détruisent des cultures, arrachent les arbres alors que pendant le même temps à quelques kilomètres de là, il ne tombe pas une goutte d’eau.  Vous l’avez compris faire un bilan sur année de jardinage est aléatoire. Entre une pelouse bien verte gorgée d’eau et une prairie grillée affamant bovins et éleveurs, il règne tout de même une injustice météorologique.

 

Ce tableau indique les relevés météorologiques  de l’année 2018 de ma station située dans le sud des Ardennes.

Il se peut qu’il y ait des différences pluviométriques notoires entre plusieurs stations à cause des orages.

 

>>> VOIR LE TABLEAU EN PDF

 

Tomates saines
Cette année, ce sont les plantes du soleil sensibles aux maladies cryptogamiques (mildiou) qui ont tiré leur épingle du jeux et particulièrement les feuilles de tomates qui habituellement brunissent  à cause du mildiou puis bleuissent sous le feux des pulvérisateurs remplis de sulfate de cuivre et de chaux (bouillie bordelaise). L’été dernier, le soleil était le meilleur allié des tomates.

Des fruits à gogo
Dans notre région (il en n’est pas de même ailleurs) les pluies de la fin d’hiver, du gel en février-mars,  une chaleur exceptionnelle  en avril –mai (sans gel).  Puis les températures ce sont emballées jusqu’en août avec peu ou pas de pluie (sauf orages locaux), le scénario idéale pour une abondance de cerises, prunes, pommes, poires, raisins…gorgés de sucre.

Des légumes en souffrance
Les légumes feuilles et racines ont besoin d’eau en été. Sans  arrosages, les carottes, betteraves rouges, poireaux, laitues ont souffert de la sécheresse.

Les conifères grillées
Ce  sont principalement les  conifères originaires des régions tempérés qui ont trinqués de la canicule (mélèze, cyprès chauve, araucaria, chamaecyparis ou faux cyprès, abies ou sapin).

Changement de climat - changement de culture
Notre région a sans doute la plus souffert de la chaleur et de la sécheresse. Le  sud de la France a subi une pluviométrie abondante par la faute de la mer  méditerranée en ébullition. Ne faut-il pas y voir une remontée des cultures méditerranéennes dans le nord ?

Bon à savoir : il est tombé environ en mm  2800 (sud massif Central),  1600 (Biarritz), 1200 (Cannes, Quimper) + 900 (Nantes,  Montpellier, Nice, Nimes) , 850 (Charleville) 800 (Lyon), 750 (Boulogne, Cherbourg),  660 (Saint Quentin, Troyes), 600 (Coulommes et Marqueny), 525 (Châlons-Vatry) 490 (Reims).

Copyright 2010 imageVerte - hubertlejardinier.com