Palmiers

Vous ne rêvez pas, on peut aussi cultiver des palmiers dans le nord de la France comme sur la côte d’Azur à condition de choisir des variétés adaptées au froid.

 

Ne soyez pas étonné de voir aussi des palmiers  en Champagne ! Et pour preuve depuis plusieurs décennies pousse dans notre région quelques exemplaires de Chamærops, un palmier résistant  adapté aux gelées.
Et si on se mettait à l’ombre sous un palmier grâce  aux deux espèces acclimatées à la
Champagne : le Chamærops humilis et le Trachycarpus fortunei (synonyme Chamærops excelsa)

Les palmiers évoquent le soleil, les plages, les cigales, l’ombre des cocotiers, les farnientes… bref la Côte d’Azur !

 

Palmier nain
Chamærops humilis
Origine : Europe,  très répandu en Turquie
Hauteur : de 3 à 4 m
Exposition : ensoleillée et abritée
Sol : très drainé, sableux
Utilisation : bac ou massif abrité (cour fermée)
Plantation : printemps
Résistance au froid : -12°C  à -15°C
Arrosage : résistant à la sécheresse

Le chamærops humilis pousse naturellement dans les terres sèches rocailleuses ou sableuses (bord de mer) mais on le retrouve aussi jusqu’à 1200 mètres d’altitude en Afrique du Nord. Pendant l’hiver, ce palmier est régulièrement  couvert de neige. A l’état sauvage, il ne présente aucune partie aérienne d’où son nom : du Grec chamai (à terre) et rhops (buisson). En culture, il peut atteindre 8 mètres de hauteur mais en Champagne mieux vaut se résoudre à une belle touffe de plusieurs rejets. Ce qui lui donne un aspect charmant de palmier sauvage.

 

Culture et entretien
Ce palmier s’installe de préférence dans un bac à l’abri des vents froids dans un terreau bien drainé. Pendant l’été arrosez-le régulièrement et apportez-lui les engrais que vous avez l’habitude d’apporter aux géraniums et plantes vertes. Comme tous les palmiers supprimez les palmes desséchées.

Bon à savoir
Une gelée de -12°C  peut brûler les feuilles mais la partie centrale est rarement détruite, des rejets apparaîtront au printemps prochain.
Un conseil : lorsqu’il gèle fortement emmitouflez le palmier avec un voile d’hivernation (P17) 

 

 

Palmier de chine

 
Chamaerops excelsa ouTrachycarpus fortunei.

Fortunei : en l’honneur de Robert Fortune, botaniste anglais qui a ramené des graines de Chusan, en Chine, vers 1850)

Nom commun : Palmier à Chanvre, Palmier Moulin, Palmier de Chusan
Origine : zones montagneuses du centre de la Chine et nord de l’Inde
Hauteur : 10 à 12 m.
Exposition : soleil ou mi-ombre, protégé du vent.
Utilisation : Isolé
Sol : tous mais pousse mieux en sol argileux.
Floraison : il existe des plantes mâles et femelles. Les fleurs jaune-crème sont parfumées en juin.
Fruits : drupes brun-violacé.
Multiplication :  semis en été.
Résistance au froid : - 15°C à -18°C
Entretien : Supprimez les palmes lorsqu'elles sont desséchées.
 
C’est le palmier rustique le plus cultivé dans le monde. Le Trachycarpus fortunei résiste  à des températures négatives de -15°C à –18°C suivant l’humidité. Il pousse parfaitement à l’ombre de grands arbres
Stipe (tronc) peut atteindre 12 mètres de hauteur et 15cm de diamètre. Recouvert de plusieurs couches de fibres marron entrelacées qui persistent plusieurs années après la chute des feuilles puis se décomposent et laissent apparaître un stipe annelé.

 

Multiplication : Les graines fraîches germent  parfois quelques jours après le semis mais il faut souvent attendre 1 à 2 mois. Les jeunes palmiers poussent lentement les deux ou trois premières années puis ils croissent très vites.

 

Bon à savoir
En Champagne, les jeunes pieds doivent être protégés du froid.
En Chine, on fabrique des balais des brosses, des paillassons, des cordes et des vêtements imperméables avec les fibres récoltées sur les stipes.  Les stipes (troncs) servent également de poteaux car ils sont très résistants à l’humidité.

 

Copyright 2010 imageVerte - hubertlejardinier.com