La pourriture des fruits

Les arbres fruitiers sont très souvent attaqués par une maladie cryptogamique. Il s'agit de la moniliose, un champignon capable d'anéantir une récolte.



Dès le printemps, la moniliose des arbres à noyaux (monilia laxa) se développe sur les fleurs des pruniers, pêchers et abricotier. L'arbre malade prend l'aspect d'être brûlé par le gel. La contamination se fait après des pluies froides (giboulées de mars), le vent, impacts de grêlons (orages) ou des piqûres de guêpes. Les fruits pourrissent sur l'arbre et la récolte est s'amenuise. Les arbres à pépins n'échappent pas à la moniliose (monilia fructigena). Les dégâts sont encore plus spectaculaires sur pommiers, poiriers et cognassiers. Toutes blessures favorisent la contamination du champignon.

Les fruits se momifient
Une pourriture se développe entourée de petits coussinets disposés en cercle. La plupart des fruits tombent sur le sol et d'autres se momifient accrochés sur l'arbre.
A la conservation, certains fruits peuvent être atteints très légèrement car la maladie est à peine visible (une simple tache). Seulement au bout de quelques jours voir quelques semaines le fruit malade contamine les autres fruits sains. Un seul fruit pourri peut faire pourrir la compagnie !

Les bons remèdes
⁃ Ramassez les fruits tombés sous l'arbre.
⁃ Décrochez les fruits momifiés.
⁃ Coupez les branches les plus atteintes par la maladie.
⁃ En hiver, aérez la ramure en coupant toutes les branches qui se croisent pour éviter les frottements.
⁃ Désinfectez les caisses de stockage des fruits.
⁃ Pulvérisez une bouillie bordelaise à l'automne, après la chute des feuilles et avant le débourrement des bourgeons.
⁃ En préventif, pulvérisez une décoction de prêle (au printemps ou après une averse de grêle)
⁃ En juin (pommiers, poiriers) éclaircissez les fruits.

 

Copyright 2010 imageVerte - hubertlejardinier.com