Salade d'automne

Quoi de plus croquant et craquant qu'une  chicorée scarole à cœur plein qui flirte avec l’automne ! Vous l'estimerez d'autant plus si vous lui sauvez les feuilles au moment des premières gelées.

 Le soir (lorsqu’il est pour geler), déployez sur vos salades une bâche en plastique noire ou translucide.  Ces protections improvisées les garantiront l’instant d’une nuit. Le matin,  vous retirez l’installation, avant que le soleil échaude les scaroles au contact du plastique. Aujourd’hui, vous trouverez dans le commerce des feutres transparents (films de forçage ou de protection)  qui  peuvent rester des journées complètes sans nuire aux salades.
Des châssis posés sur des pots retournés (avec une bonne circulation d’air) est sans aucun doute la meilleure méthode pour prolonger au cœur de l’hiver nos tendres scaroles. Encore faut-il surveiller les mulots et campagnols qui s’introduisent dans cet abri ou ils trouveront : logement et nourriture !  Si la température baisse d’avantage. En dessous de -5°C  déroulez des paillassons ou jetez de jeter de la paille, du foin, des feuilles mortes sur les châssis. Dès que la température remonte, vous écartez ce matelas afin de rendre la lumière indispensable à la vie des chicorées scaroles.

Les variétés résistantes à la gelée

Chicorée scarole "Ronde  verte à cœur plein" Variété rustique supportant le froid. Ses feuilles très épaisses à cœur bouclé sont croquantes. Elle blanchit facilement. Les feuilles vertes sont très appréciées cuites pour faire la salade au lard. Chicorée italienne à feuilles rouges "Di Chiogga" Variété très populaire en Italie. La pomme ronde de cette chicorée ressemble à une laitue. Très décorative, elle se  colore de rouge foncé dès les premières gelées. Elle supporte bien le froid.

Mâches (doucette)
Les mâches se sèment normalement en été sur un sol ferme, à peine travaillé, derrière une autre culture (pomme de terre haricot, oignons…). C’est la clé de la réussite ! Cette méthode traditionnelle  était  pratiquée par les maraîchers. Aujourd’hui, les professionnels  sèment les mâches sur une mini-motte pour éviter le désherbage..
Dans un jardin un peu sauvage, sans herbicides, les mâches se récoltent à partir du mois de septembre et jusqu’au printemps sans avoir les semer. Au printemps, Il suffit de laisser monter  à graine quelques pieds au quatre coins du potager. Les oiseaux, les fourmis… se chargeront de  disséminer les graines, au gré du hasard. Et le hasard fait bien les choses. car dès l’automne, on peut les surprendre  au pied de la rhubarbe. C’est normal puisqu’en été ses larges feuilles ombrent les jeunes plants. Dès qu’il gèle, la rhubarbe s’amenuise et laisse apparaître de superbes mâches (à grosses graines) à longues feuilles.  Au printemps, il s’agit d’une indomptée plus résistante au froid. Trapues, ses feuilles rondes sont plus petites. Celle qu’on n'attend pas, celle qui fait la belle aux pieds des rosiers, dans les iris, dans les lavandes, entre les rayons de  poireaux… Elle a l’audace de migrer dans le gazon au grand désespoir de la tondeuse.

Bon à savoir

 

Copyright 2010 imageVerte - hubertlejardinier.com