Tester votre terre

Toutes les plantes n’ont pas les mêmes exigences en matière de pH. Elles seront chétives ou malades si le niveau de celui-ci ne leur convient pas. L’hernie du  chou, la chlorose des rosiers, la gale des pommes de terre en sont les principaux symptômes. Pour le savoir, il suffit d’analyser votre  terre avec un testeur 

Toutes les plantes n’exigent pas les mêmes besoins. Il y a celles qui poussent dans un sol riche et d’autres s’accommodent d’une terre pauvre. Votre terrain est-il acide ou calcaire ? Une terre est acide lorsque le pH est inférieur à 7,  neutre lorsque le pH est égal à 7 et calcaire lorsque le pH est supérieur à 7. D’où la nécessité de contrôler le pH régulièrement soit pour sélectionner les plantes adaptées à la nature du sol ou  pour rectifier le pH, le faire baisser ou le monter

Le bon pH pour chaque plante
Les plantes de jardin, en général, poussent en sol légèrement acide (pH 6,5), mais il y a des exceptions.  Certaines plantes préfèrent les sols nettement acides (pH inférieur à 6,5), elles sont dites acidophiles ou calciphobes (qui craignent le calcaire). Dans cette catégorie, nous trouvons les plantes dites de terre de bruyère (rhododendron, azalée, bruyère…)
Par contre les légumes en général supportent mal un pH inférieur à 6,5 le chou pousse pas et attrape l’ hernie. Le céleri est sensible aux maladies, l’ail et l’oignon pourrissent facilement dans des terres acides.  Pourtant  la pomme de terre, l’oseille, l’asperge se développent bien dans une terre acide. La mousse dans le gazon se développe avec un  pH  inférieur à 6,5.
Enfin, d’autres plantes préfèrent les sols calcaires (pH supérieur à 7), ces plantes sont dites calcicoles ou calciphiles. Les choux, salades, oignons, l’abricotier, cerisier, cytise s’adaptent parfaitement aux terres calcaires. Par contre, fraisier, poirier, cognassier, glycine, hortensia, rosier les supportent mal, leurs feuilles jaunissent, de même la pomme de terre souffre en sol calcaire attrape la gale.

Comment contrôler le pH de votre sol ? 
Il existe dans le commerce un testeur à pH.  Facile à utiliser,  vous prélevez 3 ou 4 échantillons à des endroits différents et à 10 cm de profondeur, d’une valeur d’une cuillérée soupe. Puis vous mélanger les échantillons pour les mettre dans un tube à essais contenant de l’eau déminéralisée. Quelques minutes plus tard, vous trempez  une petite bandelette  indicatrice qui vous donnera la valeur du pH. C’est très facile à utiliser et enfin vous pourrez adapter vos plantes par rapport à votre terre ou rectifier le pH avec deux produits d’origine minérale naturelle : le   « Calcificateur » et « l’Acidificateur » de terre.

Qu’est-ce un calcificateur ?
Il permet de neutraliser l’excès d’acidité (pH 4 à 5) et d’augmenter la teneur en calcium des terres acidifiées (pH 5,5 à 6 ). Il s’utilise en toute saison mais de préférence à l’automne pour lui permettre d’agir sur l’activité biologique du sol et sur sa structure en attendant le printemps.
Pour augmenter le pH d’un point (de 5 à 6 ou de 6 à 7) voici les doses d’emploi du « Calcificateur » de terre :

Une poignée = 50 à 60 g.


Bon à savoir
Ne répandez jamais en même temps un Calcificateur et une fumure organique (pas de fumier ni compost…) ou d’un engrais azoté, attendez quelques semaines entre deux épandages.

 

Copyright 2010 imageVerte - hubertlejardinier.com