Thuyas malades

 

 

UNE HAIE CHAMPÊTRE
REMPLACERA MES THUYAS MALADES

 

 

Malgré les produits que je pulvérise contre le phytophtora, le didymascella, le corynéum, l'araignée et j'en passe... Mes thuyas restent malades ! Je me ruine avec ce mur vert. C'est fini, j'arrache mes conifères et je replante une haie champêtre.


Je me souviens... de cette haie sauvage qui proliférait aux abords du terrain. Des prunelles, de l'aubépine, une toquée de lilas, un acacia, des mûres gagnaient sur le jardin.


Aidé de mon beau-père, il fallait remettre de l'ordre pour clôturer nos moutons (des bleus du Maine). Une tronçonneuse pétaradante et une bonne serpe, il nous fallait peu de temps pour le grand nettoyage d'hiver. Un feu au milieu du pré faisait disparaître ce fouillis.


Côté verger: un grillage relié à de longs piquets de fer retiendront les bleus du Maine. Quant au jardin : un enclos de thuyas nous protégera du froid et des regards. II faut dire que les promotions sont alléchantes... on trouve dans les jardineries des thuyas à moins de dix francs. Pourquoi se priver d'une telle offre ?

Déjà quinze ans... qu'elle nous sépare d'avec notre voisin. Quinze ans de coups de cisaille qui l'alignent au cordeau. Dix ans de vigilance afin qu'elle ne dépasse pas les deux mètres de hauteur. Il fallait qu'elle soit la plus belle. Alors, il a fallu pulvériser toute une panoplie de produits destinés à la lutte du phytophtora, du didymascella (brunissure des aiguilles), du coryneum... Les engrais conifères, les arrosages ont été nécessaires afin qu'elle garde sa vigueur.

Aujourd'hui, cette haie me lasse, me consterne. je vais la supprimer. Changeons de décor! Une haie champêtre prendra la place de ce mur vert. Grâce au forsythia qui enflamme ses premières fleurs au mois de mars accompagné par le groseillier à fleurs (ribes) teinté de rose. Le soir, un lilas aux fleurs simples avec cm seringat blanc embaumeront le quartier. Des weigelias, deutzias, genêts, spirées, pommiers à fleurs, seringats, viornes s'épanouiront au fil des mois. Sans oublier ces arbustes à floraison estivale qui marquent l'été comme les hibiscus, rosiers arbustifs, arbre aux papillons (budleia)... Les cotoneasters, pyracanthas, houx... nourriront nos amis les oiseaux grâce à leurs baies délicieuses. L'hiver, nous garderons un(- intimité grâce aux feuillages persistants des lauriers, fusains, troènes... Avec les petits fruits des groseilliers rouges, des maquereaux, des framboisiers, des cassis et ronciers... cette haie deviendra gourmande. Et puis l'herbe indésirable sera étouffée par des pieds de rhubarbe avec ses larges feuilles, qui calmeront l'ardeur (les tenaces liserons. ,]'ose aussi (pour faire jaser) planter quelques tubercules de topinambours mariés avec de l'anis sauvage.


Originale, mais naturelle, une belle haie suscitera bien des commentaires.

 

 

 

Copyright 2010 imageVerte - hubertlejardinier.com