Tomate

Si la tomate est le fruit le plus apprécié du jardin, c’est celle aussi qui demande le plus d’attention. Gare au mildiou,  pied noir, pourriture, insectes et petits vers…tout un tas de maladies capables d’anéantir une récolte en quelques jours. 

Que faire? Sortir l’arsenal de la pharmacie du jardin, pulvériser à tout va, badigeonner avec des solutions douteuses, mettre sous perfusion  les tomates … autant de solutions qui de toute façon ne règlent pas le problème du « mauvais temps ». Un temps à ne pas mettre une tomate dehors ! Soyez rassurés, la tomate peut rougir (ou jaunir) en toute quiétude avec ou sans soleil en les abritant sous des châssis en verre ou sous un tunnel en plastique ouvert de chaque côté pour laisser passer l’air. Il faut le reconnaitre lorsqu’on plante des tomates dans le nord, on est tributaire de la pluie. Surtout ne baissez pas la garde, il y a des solutions très efficaces et peu coûteuses  qui vous permettront d’apprécier des tomates goûteuses, juteuses et sans pesticides

Arroser au goutte-à-goutte
Lorsqu’il ne pleut pas, il faut bien remplacer la pluie par des arrosages. Sous prétexte qu’elles sont sous abris n’allez pas baigner ou asperger les feuilles en plein soleil ou pire encore de leurs donner à boire avant le coucher du soleil. Une fois de plus, vous risquez de les endommager en deux temps trois mouvements. La tomate aime avoir les feuilles au sec. Installez un goutte-à-goutte ou un tuyau poreux* entre les pieds que vous allez cacher sous un tapis de paille, d’ortie ou une couche de fibralgo*, un véritable coup de cœur pour ce paillis respectueux de l’environnement. Mais attention lorsqu’on paille, on loge les limaces entre deux nuitées, entre deux averses. A surveiller !!!!
Le premier mois de culture, soyez très modéré avec les arrosages. N’allez pas élever des tomates les pieds dans l’eau, vous allez les rendre très dépendantes de l’arrosoir. En les laissant sur une petite soif, vous encouragez les racines à aller chercher l’humidité en profondeur et non en surface. Plus tard lorsque vous partirez en vacance, elles pourront s’abreuver en eau pendant votre absence.   

*Fibralgo, le gite et le couvert
Il s’agit d’un paillage fertilisant provenant d’écorces de feuillus défibrés et d’un compost. Le mélange de fibres et du compost finit pas se décomposer pour enrichir le sol en humus. En couvrant la terre sur 5 à 8 cm d’épaisseur, vous empêchez la pousse des herbes indésirables et vous gardez l’humidité au niveau des racines et vous réchauffez le sol. Il faut en moyenne 30 à 50 litres par m²

*Tuyau poreux, l’eau au compte goutte
Ce genre de tuyau se bouche lorsque l’eau est calcaire. En revanche, il est très pratique pour réutiliser l’eau de pluie d’une citerne. Sans pompe, juste par gravité ou par siphonage vous pourrez arroser  parcimonieusement vos plants de tomates sans efforts.

Le Neem pour les tomates
Ce produit naturel repousse les nématodes (petites bestioles qui rongent les racines), il fertilise en douceur les  tomates suivant  leurs besoins. Rétenteur d’eau, il permet de moins arroser donc d’éviter le lessivage

Faut-il les couper les feuilles?
Ce n'est pas le soleil qui fait rougir la tomate mais la chaleur ! En revanche, les feuilles malades doivent être supprimées ainsi que les gourmands qui vivent au détriment des fruits.  

Les maladies … 

 

Copyright 2010 imageVerte - hubertlejardinier.com