Faire son trou avant la Sainte Catherine

   

Avant de planter un verger, il est bénéfique de creuser les trous plusieurs jours à l'avance. C'est aussi le moment de choisir le bon porte-greffe adapté à votre terre.

En cette période de l'année, nous sommes encore à l'aise pour manipuler la bêche. La terre n'est pas encore collante et reste très facile à remuer. Le moment venu, c'est-à-dire à partir de la fin du mois de novembre pour les arbres en racines nues, les trous de plantation seront déjà faits et bien faits.

Choisir les emplacements selon la taille
Un arbre fruitier se développe plus ou moins selon les espèces, leurs formes et les portes greffes. Il faut lui trouver de sa place et la bonne terre appropriée à son mode de vie. Sachez qu'il existe des arbres fruitiers à petit ou grand développement. A l'achat , le pépiniériste (ou le vendeur) est en mesure de vous conseiller les différents porte-greffes adaptés à votre terrain pour que l'arbre ne dépasse pas une certaine hauteur et fructifie généreusement sans contraintes.

Le porte-greffe est le carburant des fruits
Une plantation d'un arbre fruitier n'est pas un « coup de poker » ! Le porte-greffe (c'est-à-dire la partie sous terre avec racines) est le moteur d'une petite ou grosse cylindrée. Trop de chevaux sous terre entrainent l'emballement d'un arbre qui fructifie à perte d'hauteur. Ce n'est pas la réduction des rameaux au sécateur qui donnera des fruits à moins de 2 m. Une même variété peut être à petit, moyen ou grand développement.
Si vous envisagez de planter des jeunes arbres fruitiers en « scion » , non formés. Assurez-vous de connaître, le nom du porte-greffe qui malheureusement est rarement indiqué. Dommage que la profession ne l'impose pas à l'étiquetage, il y aurait moins de mauvaises surprises par la suite du style un cerisier de plusieurs mètres de haut dont seul les étourneaux captent les cerises. D'où l'intérêt dans le mesure du possible de vous adresser à un professionnel.

Le bon arbre dans le bon sol.
la nature du sol à aussi son importance. En dégageant la terre, vous tomberez sur divers matériaux qui peuvent être un frein ou un accélérateur de croissance selon le choix du fruitier. Dans un sol, léger, caillouteux, pas trop humide en hiver sont des atouts pour les pêchers, abricotiers, figuiers... Dans tous types de sols, les cerisiers, pruniers, pommiers se développeront sans difficulté. Les poiriers préfèrent un sol profond, riche, frais en été et pas trop calcaire. Le châtaignier pousse dans un sol profond, bien drainé, non calcaire, léger et pauvre.


Copyright 2010 imageVerte - hubertlejardinier.com